Nous sommes actuellement le 20 Sep 2020, 07:31

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 119 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 26 Nov 2008, 13:16 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Les vestiges du relief dit de Chiaramonti conservé de l'arc de triomphe de Dioclétien, Rome (fin IIIe-début IVe) nous montre une autre version d'armatura peu usité par le reconstituteur. Le style du relief est assez classique, et la finition de qualité. Je passe très vite sur les casques qui ne sont pas identifiables ou que nous ne pouvons pas rattacher à une série connue de l'Antiquité Tardive. La figuration renvoit au mieux à des casques Pseudo-attique mais les détails nous manque. Le bouclier, lui est clairement un grand boucier lenticulaire plus rond qu'oval, propre à l'armement de la fin du IIIe siècle et du IVe siècle. Le manipule traversant entièrement le bouclier est original et peu vu. Peut-être une poignée en fer comme on en connait coté germanique pour la fin du IVe siècle et Ve siècle. Les deux légionnaires sont armés d'Hasta ayant mal vécus le passage du temps...

Ces représentations de cuirasses sont à l'origine de l'idée que les protections du corps s'allongent à l'époque tardive. C'est en partie vraie mais ces cuirasses longues cotoient dans le même temps d'autres types de cuirasses aux coupes plus ou moins courtes qui n'ont guère évoluées depuis les guerres daciques telles que décrites par le métope d'Adamclissi par exemple (début du IIe siècle...)

Sur ce relief nous avons une cotte de maille à gauche et une cotte d'écaille à droite. Toutes deux de coupes longues, c'est à dire tombant juqu'au genou et fendu en son milieu (cela se voit bien sur le personnage de droite...) et aux manches longues jusqu'aux poignets. Il en va de même pour la cotte d'écaille, ce qui peut surprendre. En effet, nous avons l'impression que les vaguellettes qui indiquent les écailles de la cuirasse continuent sur l'avant bras du soldat. Or les reconstitutions nous ont montré deux obstacles majeurs à cette version. D'abord l'aspect inesthétique d'un montage permettant d'obtenir ce visuel. Ensuite l'aspect non pratique de manche longue constituées d'écailles qui rend peu souple ces manches. Les manches longues de mailles sont à l'inverse parfaitement viables.

Il est possible qu'en réalité ces manches d'écailles s'arrêtent à mi-bras. En revanche, la coupe longue de la cuirasse fendue au milieu pour libérer les jambes fonctionne très bien et est attesté sur d'autres représentations contemporaine de l'époque tardive.

Les ceinturons ne sont pas montrés mais un effet de bourlet au niveau de la taille peut indiquer que la cuirasse blouse par dessus le ceinturon...

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 26 Nov 2008, 17:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Une variation que j'aime personnellement beaucoup...

En complèment d'une cotte d'écaille de taille moyenne, une série de ptèruges venant prolonger la cuirasse sur la base, pourquoi pas, d'un thoracomachus porté en dessous. C'est ce que nous montre les vestiges d'un relief perdu et exposé au musée de Langres. Celui-ci est daté de l'Antiquité tardive, sans autre précision dans le catalogue d'exposition du Palazzo Grassi "Rome et les barbares" récemment édité. Le vestige est très érodé mais la cotte d'écaille du soldat ainsi que ses ptèruges sont parfaitement remarquables. Il s'agit de l'allégorie conventionnelle de l'Empire soumettant les peuples barbares symbolisés par une femme humiliée. Le soldat porte un sagum, les jambes nues, et les pieds chaussés à priori de caligae, si on en croit la légère ciselure qui marque le découpage du cuir au niveau de la cheville. Une source modeste mais sympathique car les ptèruges apparentes sur un modèle de cuirasse plutôt longue sont assez rare. La figuration privilégiant plutôt des cuirasses plus courtes avec plusieurs séries de ptéruges plus ou moins longues.

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 26 Nov 2008, 18:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
L'arc de Constantin dédicacé en 315 à Rome est un monument incontournable de qui veut répertorier les descriptions iconographiques des armées romaines du Bas-Empire. En effet, celui-ci décrivant la campagne d'Italie de l'Empereur Constantin Ier (306-337) contre son rival Occidental Maxence, est riche en scènes militaires. Nous y voyons l'armée en marche et son train de bagage, les troupes armées à la légères et les fantassins lourds. Une évocation de la bataille des plaines de Turin et le siège de la ville de Vérone. Enfin, les plus connues des batailles, celles des rochers rouges et du Pont Milvius en 312 qui clos l'ensemble de l'expédition guerrière de l'empereur.

Les représentations d'équipements militaires alternent entre les conventions artistiques et les spécificitées propre à l'armée du début du IVe siècle. Nous y verrons des cuirasses d'écailles, des Thorax, des casques de type Intercisa ou Augst comme des casques Pseudo-attiques, des petits plumets au dessus des casques, de grands boucliers ovales, des lances, des archers auxiliaires légers, des campagi, des braies moulantes, des guêtres plutôt que des bandes molletières (qu'on ne voit jamais sur l'arc de Constantin...) des instruments de musique et bien sûr, les célèbres bonnets pannoniens qui signent la présence du soldat tardif par excellence. L'arc de Constantin est donc un document absolument majeur.

-Frises des Haut-reliefs de l'arc de Constantin. L'armée en marche et son train de bagage. J'adore ces petites scènes pleine de vie. Ici, l'armée en marche est réduite à des échantillons, véritables topoi incontournables d'une armée en mouvement et de sa logistique. Les soldats reconnaissables au port du bonnet pannonien s'occupent des impedimenta des troupes avec les charriots tirés par des chevaux. Des ânes ou des chevaux transportent aussi des vivres ou tout autre matériel, tandis que les soldats habillés de vêtements civiles avancent en colonne. Un des personnages porte une espèce de baluchon sur l'épaule et tire le cheval avec lui. Evidemment le détail des costumes n'est pas reconnaissable. Par contre hormis les bonnets pannoniens, ces soldats non armés portent des braies moulantes que l'on devine aux plis sur les membres inférieures des soldats. Aux pieds, ce sont des campagi qui sont observables.

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 27 Nov 2008, 00:17 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
-Les soldats non armés marchent à la suite des bagages des troupes. Vous remarquerez certainement ce qui est le convexe d'un bouclier dans le dos du soldat du centre. Le deuxième en partant de la droite transporte ses affaires personnelles à l'intérieur d'un balluchon monté sur une furca. Ces soldats sans doute très à l'arrière du convoi, ne portent aucune armes apparentes. Ils portent tous des braies moulantes, des bonnets pannoniens et des ceinturons que l'on remarque à peine au niveau de la taille.

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 27 Nov 2008, 00:28 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
-Gros plan sur les bonnets pannoniens. Les sculpteurs des reliefs que cela soit ceux de l'arc de Constantin ou ceux des sarcophages de cette époque semblent porter une attention particulière sur le rendu de la texture du bonnet pannonien. Son traitement qui fait penser à la piqure naturelle d'une peau nous permet de compléter les descriptifs textuels de cette coiffe et d'affirmer que le bonnet pannonien originel était bel et bien en peau.

Image

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 27 Nov 2008, 00:45 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
-Nous avançons dans la frise et passons de fantassins non armés à des fantassins armés à la légère. Le relief à cet endroit est très abimé mais nous voyons des casques de style Pseudo-attique, surmonté pour l'un des soldats d'un petit plumet (personnage du centre...) Nous retrouverons cette marque bien distincte du cimier classique, qu'il soit de fer ou de crin sur d'autres personnages des reliefs. C'est un des inédits de l'Arc de Constantin car ce plumet ne figure sur aucune autre source qui m'est à ce jour connue. Le personnage du centre porte son bouclier avec un système de préhension d'apect très grec. Nous notons aussi que ces soldats ne portent pas de braies moulantes. Ils ont les jambes recouvertes, mais non par des bandes molletières qui auraient été signé par des stries obliques ou horizontales. C'est particulièrement visible sur le premier soldat en partant de la droite. Comme ce soldat ne porte pas d'autres éléments de cuirasse, il serait saugrenue d'y voir seulement des jambières (Ocreae). Le démarquage est aussi nettement apparent entre le bas de cette "chausse" et le rebord de la chaussure. Je serais donc tenté d'y voir des guêtres à la morphologie proche de celles du soldat en tunique rouge de l'Eglise Sainte Marie Majeure. Nous verrons plus tard que d'autres occurences peuvent se recouper pour tirer une telle conclusion.

Image

-Gros plan sur les les deux plumes du casque du soldat:

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 28 Nov 2008, 18:56 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Au devant des premiers soldats armés à la légère, les Imaginiferi des légions, les porteurs d'images sacrées qui accompagnent toujours les armées romaines. Nous n'arrivons pas à identifier les personnages représentés au sommet des hampes. Des divnités du panthéons gréco-romains sans doute. Ceux-ci existeront jusqu'à la fin du IVe siècle. Pour disparaitre petit à petit. Nous avons encore des témoignages de l'Aigle jusqu'au Strategikon, au VIe siècle, mais les seuls images sacrées autorisées dans l'armée du Ve-VIe siècle sont le labarum, les images du Christ et des anges amalgamés avec l'Ancienne Victoire païenne. L'imaginifer de gauche porte des braies moulantes tandis que celui de droite porte encore ce que j'interprête comme étant des guêtres. cette mixitée permet d'affirmer l'idée qu'il n'y a pas de règle en matière vêtimentaire dans l'armé romaine. Du moins à ce niveau-ci. Les casques ne sont pas surmontés d'un ou deux plumets mais d'un cimier classique qu'on peut imaginer tantôt en crin de cheval tantôt en plume d'oiseaux. Les ceinturons sont ici parfaitement représentés.

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 28 Nov 2008, 19:12 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Après les Imaginiferi, deux autres fantassins légers. Observez bien l'avant de leurs casques. Au sommet nous voyons très nettement les plumets qui les ornent. Les chercheurs ont vu dans ces plumets des cornes pour rapprocher ces soldats des troupes auxiliaires des Cornuti, croyant trouver une réponse dans le nom de cette unité. Nul doute que Constantin était accompagné d'Auxiliaires, nous le verrons plus loin, mais ces cornes n'en sont pas, de toute évidence, il s'agit de plumes ou d'un plumet plus étoffé. Il est donc difficile voir impossible d'identifier les troupes de Constantin par un simple rapprochement de noms. En revanche le plumet distingue le soldat de base et non comme je le pensai il y a peu encore, le Decanus. Cette vision, trop stricte de ma part, est impossible à soutenir. On peut toutefois remarquer que les sonneurs de Cor, les Cornicen en tête, portent un cimier à panache et non des plumets. Encore une preuve d'un attribut propre à l'homme de troupe. Les soldats portent des guêtres tandis que les Cornicen sont en braies moulantes. Le système de préhension du boulier est certainement un manipule mais la prise du soldat est original et créé le doute. Je ne sais pas quel sens lui donner si ce n'est simplement une figure de style...

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 28 Nov 2008, 21:53 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Suit par effet de trompe-oeil plusieurs colonnes de marche flanquées de la cavalerie légère ou de cavaliers non cuirassés. Pas grand chose à ajouter de plus sur ce bandeau. Les casques sont conventionnels avec des cimiers à panaches, les soldats sont armés de lances et de boucliers, la cavalerie dans le cadre de l'agmen Quadratum (l'ordre de marche romain) flanque toujours l'infanterie avec des estafettes en avant-poste et sur les arrières des troupes en marche. Les artisans nous narrent la marche sur Rome des armée de Constantin Ier.

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 01 Déc 2008, 13:15 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Une des frises les plus célébre de l'Arc de Constantin, nous concerne tout particulièrement. Il s'agit de la description du siège de la ville de Vérone (plus certainement que celle de la ville de Suse, trop anecdotique pour mériter une mention) amalgamée à la seconde bataille qui suit celle des plaine de Turin. Le morceau de Bravoure est là, Constantin doit terminer le siège de la ville alors qu'une puissante armée s'oppose à lui. Il divise alors ses troupes et prend le commandement du contingent qui va à la rencontre de l'armée du Préfet de l'Empereur Maxence. Le rapport de force est en la défaveur de Constanti mais la victoire sera sienne. C'est cet épisode qui nous est représenté.

Les troupes ordonnées et en lignes, conjuguent des éléments classicisants et des éléments propres aux armées tardives. D'autres se situent entre les deux et ne permettent pas de se pronomcer. L'ordre de bataille qui nous est montré à gauche est un standart simplifié pour les besoin du rendu artistique, mais les caractères les plus importants sont figurés. Trois soldats désignants des fantassins de première lignes (Principes ou Antesignani) se couvrent de leurs grands boucliers ovales (Scutum) ce qui nous empèche de savoir exactement si ils sont complétements armurés ou si ils sont des fantassins légers. Dans le cas d'un siège, et si on se réfère au quatrième soldat en Thorax (cuirasse musclée) qui lui, découvre son corps, nous pouvons raisonnablement supposer que ces soldats sont armurés. Le thorax est ambigue dans les arts figuratifs romains. Il peut signifier autant une cuirasse réelle, mais dont nous n'avons pas de preuves archéologique, comme une cuirasse conventionnelle marquant simplement le port de la cuirasse sans la détailler pour autant. Il nous faut donc être prudent. Notez qu'il porte un baudrier placé très haut sur son corps.

Les casques sont difficilement identifiables mais ils ne s'agit pas ici de casques Pseudo-Attique. Pourvus de paragnatides, le bandeau frontal ne se compare pas au large renfort habituel du casque stéréotypé. Nous verrons sur cette même frise, d'autres éléments qui fait pencher en faveur d'une représentation de casques tardifs. Le soldat de tête porte le double-plumet. J'y voyais le signe du Decanus, mais je n'y crois plus à présent. La position du bouclier et de la lance martialement parlant est intéressant car typique des représentations tardives, mais ce n'est pas ici notre sujet. Le manipule du bouclier écarté du corps du quatrième soldat est horizontal (il ne s'agit pas d'un énarme...) Le grand personnage en cuirasse musclée et tête nue est certainement l'empereur lui-même donnant les ordres. A l'arrière figure cette fois de manière logique les fantassins légers tête-nue ou casqués. Ils sont à l'arrière et par leurs postures, montrent qu'ils ne prennent pas part aux combats.

Au deuxième plan figurent d'autres soldats, des archers auxiliaires, à l'éxomide et à la coiffe étrange qui peut signifier une orgine étrangère de ces troupes. Derrière les archers, un fantassin casqué dont on ignore si il est cuirassé ou léger.

Tous les soldats portent des braies moulantes et des campagi. Face à l'armée de Constantin, les défenseurs de la ville. Nous reviendrons sur eux, les détails de leurs équipements sont plus parlant encore.

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 01 Déc 2008, 13:38 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Aux pieds des remparts de la ville, un soldat de Constantin part en éclaireur comme cela nous est relaté alleurs par Ammien Marcellin dans ses écrits. Celui-ci porte son casque surmonté de son plumet, il porte une cuirasse, un bouclier oval avec lequel il se protège et une lance. On peut aussi remarquer les ptèruges qui complètet sa cuirasse. Il est la cible des défenseurs de la ville. Les deux premiers en partant de la gauche lancent des projectiles intéressants. Semble-t'il de grosses balles, de pierre, de fer ou de plomb (?) Certainement l'arme la plus facile à reconstituer... Un simple passage chez Décathlon résolvant le gros du problème... (rire...)

Un gros plan sur les casques de ces deux défenseurs nous montrent une bande rivetée qui divise le casque sur l'axe perpendiculaire comme sur les casques à crête de type Augst ou Worms.

viewtopic.php?f=64&t=208

viewtopic.php?f=64&t=210

Plus loin, les autres personnages portent de même des crêtes plus ou moins grandes qui ne sont pas sans rappeler les dernières crêtes exposées actuellement à Mainz sur les casques de Koblenz dont plusieurs sont à rapprocher encore des casques à grande crêtes métalliques type Intercisa IV. En effet, le propre des crêtes tardives sont qu'elles se presentent en forme d'aileron inversé, très haut frontalement et déclinant complétement vers l'arrière. Sur certains, les paragnatides sont visibles, sur d'autres elles sont éffacées. Comme sur les casques tardifs de l'époque, les couvres-nuques sont petits et emportent pour moi l'idée qu'il y a un souci de réalisme contemporain dans cette frise. Les défenseurs sont armés de javelots, mais leurs cuirasses ne semblent pas apparentes.

Image

-Autre vue:

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 01 Déc 2008, 13:49 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
-Gros plan sur le défenseur armé d'une grosse balle en guise de projectile et portant sur sa tête un casque typiquement tardif avec sa bande rivetée longitudinale (le premier à gauche...)

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 01 Déc 2008, 14:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Cette dernière frise nous montre l'épisode de la bataille dite des Rochers Rouges et du Pont Milvius qui clos la campagne de Constantin contre Maxence. Plutôt que la bataille elle-même, c'est la débacle et la poursuite de l'armée de Maxence qui est relatée ici. Nous avons la description littéraire de cette bataille dans les panégyriques de Constantin par Nazarius et Anonymes. Il est dit que l'armée de Maxence adossée au Tibre n'a accès qu'à un seul pont pour regagner dans sa fuite la ville de Rome. Constantin au commandement de la cavalerie donne la poursuite à la retraite de l'armée ennemie, qui courre au massacre. Le pont cède sous le poids de l'armée, et celle-ci périt pour une bonne part dans le eaux du Tibre. C'est aussi le sort qui conclut le règne de Maxence, fils de Maximien. Son corps, plus tard retrouvé sur les bords du fleuve sera décapité et la tête exposée sur une pique.

Plutôt que la cavalerie de Constantin représentée sous les traits d'une cavalerie légère, accompagnée de ses archers, c'est de très loin, l'armée mortifiée de Maxence qui est la plus intéressante. Cette fois, tous les casques sont clairement Pseudo-Attiques avec ou sans cimier. Un plumet apparait peut-être sur un soldat brandissant une spatha (épée) à gauche de la frise. A l'extrême droite, nous avons les Cornicen de Maxence qui sonnent la retraite sur le bord opposé. Un souci particulier est porté à l'armée de Maxence dont l'attitude est finement constrastée. Nous voyons des soldats morts, des noyés, mais aussi des soldats en supplique ou encore en train de se battre dans l'eau. Il est possible que les combats se soient prolongés sur les bords du fleuve. Ils sont accablés de toutes parts. Des chevaux accompagnent ses soldats sur le point de mourrir. La cavalerie autant que l'infanterie est touchée par le massacre.

Il est peut-être un peu rapide d'y voir dans ces représentations uniquement la cavalerie cataphractaires décrite dans les panégyriques. Ces même panégyriques nous font dire assez tôt dans la campagne, que les troupes de Maxence sont bien mieux armées que celles de Constantin. L'infanterie y est décrite comme équipée à la manière des toutes premières catégories de citoyens en référence à l'ancienne organisation militaire républicaine. Il sont pourvus de tout. De même, dans les rangs de Maxence sont les riches cohortes prétoriennes qui devaient en imposer. La description des cataphractaires est aussi très impressionnante, mais ne correspond pas à la depiction. Nous avons plutôt ici, une description symbolique sur les canons militaires de l'époque. C'est peut-être aussi pour quoi tous les soldats de Maxence sont montrés sur le relief en cotte d'écailles alors que l'amée de Constantin est rarement représenté en cuirasse. Une manière de glorifier et de différencier les deux armées.

viewtopic.php?f=15&t=49

Les cottes d'écailles sont longues ou mi-longues aux manches tombant au niveau du coude. Nous y voyons aussi bien ceinturons (cingulum) que baudriers. Nous y avons même le détail des poignées des spathae.

-De gauche à droite la poursuite et le massacre de l'armée de Maxence en train de se noyer dans le Tibre.

Image

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 01 Déc 2008, 14:54 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
-Gros plan sur les soldats et cavaliers de Maxence. Le baudrier du soldat de droite semble agrémenté de deux rebords qui peuvent ouvrir des perspectives décoratives intéressantes pour le reconstituteur. La cotte d'écaille (lorica Squamata) possède des manches mi-longues. Malgré le fait que le casque soit de type Pseudo-Attque, le gros plan permet aussi de nuancer en remarquant qu'une "bande axiale" semble traverser en long ce casque à la façon des crêtes des casques tardifs (à moins qe cela ne soit qu'une représntation de cimiers classiques sans panache...)

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Apparence du soldat dans l'iconographie Tardive.
Nouveau messagePublié: 01 Déc 2008, 18:34 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Arrivés à ce point de la description de l'arc de Constantin, je ne peux m'empécher de vous montrer l'évocation de la bataille de Milvius par l'historien Raffaele D'Amato. L'auteur qui a mon sens verse tout de même trop dans la transcription littérale des sources iconographiques, propose une foule de détails vestimentaires qui font mouche et qui méritent d'être soulignés. La vision globale que le dessin offre est intéressante et plutôt réussie. Hormis, le choix des casques qui pourrait être beaucoup critiqués (en fait quasiment tous les casques figurés par l'auteur sont sujets à caution) Le casque de Constantin n'existe pas, il repose entièrement sur la base de la célébre médaille de Ticinum... Le casque du soldat en cotte d'écaille de Bronze est un casque d'apparat anachronique et daté du début du IIIe siècle, les modèles de casques en fer à ma connaissance n'existent pas, seul le casque en bronze du soldat du bas de l'image existe, a bel et bien été retrouvé à Rome et est daté de la fin du IIIe siècle. J'en ai vu une photo récémment, ce casque est saisissant et cumule bon nombre de caractères tardifs, mais il s'agit encore d'un casque d'apparat issu des Hyppika Gymnasia. Cet exemple nous permet de mettre en garde contre une interprétation trop exclusive et donc abusive des arts figuratifs romains.

L'anachronisme de l'auteur n'est toutefois pas gratuite. La question posée par D'Amato est jusqu'à quel point est envisageable le remploi de casques anciens sur la période qui nous intéresse en sachant que les auteurs d'époque confirment bien au moins, le remploi de casques à visages pour la cavalerie cataphractaires? Ou bien certains casques des Hyppika gymanasia sont datés trop justes, ou bien ce remploi est éffectif. Pour le reste de la vision de Raffaele d'Amato, toutes ses options prennent racines dans des sources très précises, de la couleur des vêtements aux décorations des ceinturons. De ce coté là, sa reconstitution est très réussie.

Image

-La pièce de Constantin mentionnée plus haut...

Image

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 119 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr
Thème 3myl_sable réalisé par SGo