Armes et Guerriers au Temps des Grandes Invasions
http://schnucks0.free.fr/forum/

Synthèse: Le "De Magistratibus" de Jean Lydus. Livre I.
http://schnucks0.free.fr/forum/viewtopic.php?f=15&t=55
Page 1 sur 1

Auteur:  Damianus [ 05 Sep 2008, 20:27 ]
Sujet du message:  Synthèse: Le "De Magistratibus" de Jean Lydus. Livre I.

Notice de synthèse "Sur les institutions de l'Etat romain" de Jean le Lydien VIe siècle.

(fonctionnaire à la préfecture du prétoire de Constantinople)

d'après une traduction de Michel Dubuisson (professeur à l'université de liège).


Notes et commentaires par Damianus.

Petite intro:

Il y a peu, j'ai eu la chance de tomber sur la traduction française du Livre I de Jean le Lydien, un ouvrage jamais traduit dans son intégralité en français. Le sujet de cet auteur tardif, comme tous les auteurs de l'époque est un abrégé savant et érudit sur la Rome ancienne. Le thème traité est donc l'ensemble des institutions romaines de Romulus jusqu'à une époque indéterminée et floue. Le sommet de son travail d'Historien, tout romain d'Orient qu'il est, reste la République romaine. Malgré tout, au fil des lectures, on ne peut qu'être interpellé par l'altération des siècles et les références plus explicitement tardives de certaines descriptions. Plus par curiosité que par réel intérêt, je glisse d'un thème à l'autre et je fini par tomber, heureux hasard, sur l'armée romaine. Un commentaire de l'auteur sur des questions étymologiques de savant antiquaire, puis sur une liste de grades et de composition de cette armée. Attention, je ne vous parle pas du haut-commandement qui nous est parfaitement connue mais de la base de cette armée. Et là, coup de bol monumental cette liste inconnue par ailleurs est clairement celle d'une armée tardive dont mes maigres connaissances ne se permettront pas de dater clairement, mais qui me donne un luxe de précisions largement complémentaires de Végèce et d'Ammien sans être, cerise sur le gâteau contradictoires. Ici, pour chaque type de soldat, nous avons un nom et un emploi… Pour moi, cette liste m'a fait l'effet d'une bombe, j'ai repris toutes mes études des grades de l'armée romaine, repris Végèce ainsi que mes propres travaux sur la question et je me propose donc de vous faire découvrir une nouvelle synthèse sur ce sujet… Des éléments complémentaires sur certaines nomenclatures que je commence plutôt bien à maîtriser, de nouvelles réponses, de nouvelles questions et parfois pas de réponses du tout! Je vous souhaite une excellente lecture… Après vérification, les historiens M. Mas et Guy Sabbah date cette liste comme contemporaine de l'époque de Dioclétien? (L'armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, Actes du congrès de Lyon, sous la direction de Yann le Bohec et Catherine Wolff, Diffusion de Boccard 2004.)

Livre I, 46, 1, 2 ,3, 4, 5, 6, 7.:

(…) Il y eut ainsi des unités de 300 hommes armés de boucliers appelées "cohortes", des Alae, c'est à dire des escadrons [Ilaï] de six cents cavaliers; des Vexillationes de cinq cent cavaliers, des Turmae de cinq cents archers à cheval, et des légions formées de six mille fantassins et des cavaliers cités ci-dessus. Les subdivisions de la légion sont les suivantes:

- Alae de 600 cavaliers.
- Vexillationes de 500 cavaliers.
- Turmae de 500 archers à cheval
- Legiones de 6000 fantassins.

Remarque: Il est amusant de voir l'antagonisme qui réside entre les chiffres maximalistes des auteurs anciens comme Végèce, Zosime ou ici, Jean; et les études des modernes qui s'accordent à déprécier les effectifs des légions tardives. Souvent, sur la base d'une estimation des contenances optimales des casernements et fortins tardifs fouillés par l'archéologie. Le format des unités changent, c'est un fait. Mais les chiffres réels restent un mystère. On ne peut pas se fier non plus à Ammien qui ne parle de "légions qui n'en n'ont plus le nom" que dans le cadre de renforts de Gratien à Valens avant la bataille d'Andrinople, ni a Zosime lorsqu'il parle d'armée réduites à peu d'Hommes du temps de Théodose. Cet auteur étant particulièrement négatif envers cet empereur. Du moins cela nous permet une estimation d'une baisse des effectifs entre Andrinople et le règne de Théodose. Quand aux auteurs anciens peut-être ceux-ci ne nous donnent que les effectifs théoriques, bien loin des réalités du terrain. C'est une question toujours en suspens. Remarquons qu'il est dit ici, pour la première fois que les Turmae de cette époque (laquelle?) sont composées d'archers à cheval… Peut-être une orientation byzantine?

1) Tribuni; tribuns.

Remarque: De plus en plus je tends à croire, en me basant sur le nombre de tribuns morts au combat chez Ammien et les remarques de Zosime; que le tribun ne commande pas l'ensemble de la légion mais qu'il est le commandant de la cohorte. Cela expliquerait les chiffres démultipliés de tribuns dans l'armée romaine tardive: 1 tribun pour une cohorte, et non 1 tribun pour une légion à effectif réduit.

2) Ordinarii; officiers supérieurs.

Remarque: Je pense maintenant avoir bien cerné qui sont les Ordinarii dans la légion romaine tardive. Comme chez Végèce, Jean les désigne comme étant les seconds directs des tribuns en terme de commandement. Il n'y a plus de doute, les Ordinarii sont les centurions supérieurs à la tête des Ordines. Au premiers rangs, dans la première Acia de l'ordre de bataille. C'est déjà ce que nous disait Ammien à la bataille de Strasbourg:

"Quos cum iam prope densantes semet in cuneos nostrorum conspexere ductores, steterunt uestigiis fixis, antepilanis hastatisque et ordinum primis uelut insolubili muro fundatis et pari cautela hostes stetere cuneati."
LIVRE 16, Chapitre 12, paragraphe 20.

["On commande halte; et aussitôt les antépilaires, des hastaires et leurs serre-files (les Ordinarii, mais la traduction française est incorrect, elle ne restitue pas bien le sens premier de "Ordinum primis") se mettent en ligne et restent fixes, présentant un front de bataille aussi solide qu'un mur. (…) "]

Les Ordines primi (Ordinum primis) combattent avec les antépilaires (Antepilani) où les Antesignani qui sont synonymes chez Ammien. Ce sont toujours les troupes les plus expérimentées qui combattent au premier rang (Ordo…)

Il en est encore mention au siège d'Amida et on retrouve encore cette désignation un peu plus loin lors d'une bataille importante de Gratien contre les Alamans:

"Proinde quiete reficiendis corporibus data, signoque erecto, quod solet ad pugnam hortari, tubarum minacium accendente clangore, fidentissimo impetu acies motas prompte ante alios praeiere duo iuunes lecti in principiis adeundi discriminis, Saliuius et Lupicinus, Scutarius anus, alter e schola Gentilium, fragore terribili concitantes: hastasque crispando cum ad rupim obiecta uenissent, trudentibusque Alamannis euadere ad celsiora conarentur adwenit omne pondus armorum, isdemque antesignanis per hirta dumis et aspera magno uirium nisu in editas sublimitates erepsit."
Ammien Marcellin, Res Gestae, Livre XXVII, chapitre 10, paragraphe 12,

["Dès que l'armée eut pris quelque repos, l'étendard se déployant donna le signal ordinaire, accompagné du retentissement. des clairons. Alors deux jeunes guerriers d'élite, l'un Scutaire, l'autre du corps des gentils, devancent d'un élan rapide la marche animée de leurs bataillons, invitant d'une voix terrible leurs compagnons d'armes à les suivre." (encore une fois la version française restitue mal le sens premier des mots latins)]

Petit à petit les pièces du puzzle peuvent se mettent en place, et aux descriptions de Végèce de devenir moins obscures. Nous savons par exemple que le terme "Principales" pour le Haut-Empire ou "Principiores" (qui habitent les "Principia"; quartier général romain des camps et casernements…) pour le Bas-Empire désignent de même l'ensemble des sous-officiers de la légion. Végèce les appellent Principiores legionis. J. Fontaine (Histoires , I, 1968, Paris) fait remarquer que le terme "Principia" chez Ammien Marcellin succède dans le latin tardif à Primores. Principia signifie aussi sous-officier, se démarquant des officiers supérieurs; les Tribuni.

EX:
"legionum principia" (XXII, 3,9; XXV,5,1.).
"numerorum principia" (XXVIII, 6, 17).
"cum tribunes principiisque militum" (XXV, 8, 16).

Ammien, pour les désigner, parle encore du procès des "Princes" des Légions Ioviani et Herculiani à Chalcédoine sous la présidence du préfet d'origine gauloise Salustius Secondus.

"(…) qui omnes transgressi Chalcedona praesentibus Iovianorum Herculianorumque principiis et tribunis, causas uehementibus aequo boboque spectauerunt praeter paucas, in quibus veritas nocentissimos offerebat."
LIVRE 22, Chapitre 3, paragraphe1.

["Le premier acte du nouveau règne fut d'ouvrir une série d'informations judiciaires, dont la direction fut donnée à Secundus Salustius, récemment nommé préfet du prétoire, et investi de toute la confiance de Julien. Le prince lui donna pour assesseurs Mamertin, Arbétion, Agilon et Névitte, auxquels il adjoignit encore Jovin, qu'il venait de créer maître de la cavalerie, lors de son passage en Illyrie. La commission, réunie à Chalcédoine, fit assister à ses actes les princes et tribuns des légions Jovienne et Herculienne."]

Le terme "Princes" désigne aussi chez Ammien l'ensemble des sous-officiers de la légion. Le terme latin est "Principiis" ou "Principes"… Et là, si nous reprenons l'ordre de bataille de Végèce, la boucle est bouclée. Végèce ne s'est jamais trompé dans la description de son ordre de bataille, il n'a jamais voulu décrire la légion manipulaire comme s'en chagrine Richardot auquel il consent pourtant une parenté phalangine… C'est tout simplement que sa description de son ordre de bataille est bien celle d'une légion tardive. Quand Végèce nous dit qu'en première ligne sont les "Princes" puis en second les "Hastaires" alors que les descriptions Républicaines (voir Tite Live, Polybe…) qu'il ne devait pas ignorer, indiquent en premier les Hastaires puis les Princes, ce n'est pas une erreur de sa part; c'est juste un glissement de sens qu'il effectue pour mieux coller à son époque, victime qu'il est, en tant qu'érudit, de son goût pour les origines étymologiques. Si les Princes sont indiqués en première ligne c'est tout simplement parce que les officiers et sous-officiers des légions y sont: les Principes (les sous officiers; les premiers…) Les primi ordines (les premiers du rang) comme les Ordinarii (les centurions de la première cohorte…), les Antepilani ou Antesignani ( ceux qui sont au devant….) ensuite seulement vient en seconde ligne les Hastaires…

Dès lors, les attributions des centurions chez Végèce deviennent compréhensible:

Grades autrefois en vigueur:

" On a conservé l'ancien usage d'élever au grade de centurion primipilaire (le "Primuspilus"…) le premier prince de la légion ( c'est un prince "princeps", il fait parti des "Principes" et donc des primi ordines). Outre le commandement de l'aigle, il avait sous ses ordres quatre centuries de la première ligne (les Antesignani ou Antepilani de la première Acia…), au nombre de quatre cent soldats; placé pour ainsi dire à la tête de toute la légion (idem…), il jouissait des gratifications avantageuses affectées à cet emploi. Après lui, le premier Hastaire (encore un membre des Principiis…) nommé aujourd'hui ducénaire ("ducenarius" son nom tardif…), dirigeait en seconde ligne deux centuries ou deux cent hommes ( après les Antépilaires viennent bien les Hastaires "Hastati"…). Le premier de la première cohorte (idem…) commandait une centurie et demi, soit cent cinquante hommes. Le premier triaire ne commandait que cent hommes (il existe en effet, un certain Aurelius Gaius optio des triaires sous Dioclétien, puis optio ordinatus et optio princeps…Voir Wheeler; la légion en phalange, REMA N°1, édition Picard 2004 ou Th Drew-Bear, "Les voyagent d'Aurélius Gaius, soldat de Dioclétien" dans "La géographie administrative te politique d'Alexandre à Mahomet", Univ. Des Sciences humaines de Strasbourg. Travaux du centre de Recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antique, 1981 (Leyde) p93-141. …) Les dix centuries de la première cohorte avaient donc pour officiers cinq ordinaires (Ordinarii; les primi ordines). (…) Il y avait encore les centurions, aujourd'hui appelés centeniers ("centenarius" mais le garde fait polémique chez les historiens modernes: Commandant d'une caserne appelée centenaria? Commandant de cavalerie? Commandant d'une centurie auxiliaire; hypothèse de Zuckerman?) qui commandaient chacune une centurie. Il y avait les dizainiers ("Decanus"; chef du manipule tardif équivalent de 11 hommes qui remplace l'ancien Contubernum…), connus actuellement sous le nom de chef d'escouade, mis à la tête de 10 hommes (pas de correspondance latine mais Jean nous en donne peut-être un…). La deuxième cohorte comptait cinq centurions; il en était de même de la troisième, de la quatrième, jusqu'à la dixième inclusivement. Le nombre de centurions dans une légion s'élevait à cinquante cinq."
Livre II, Chapitre 8.

Notons pour renforcer le propos que Constantin Zuckerman et son équipe ont découvert la stèle d'un officier du nom de Dassianus qui a entre autre été nommé "Centurio primus" dans sa carrière aux alentours de 350 de notre ère…

Il y a encore une sorte de distinction hiérarchique supplémentaire qui sépare les Ordinaires: Les centurions dits "Augustales" et "Flaviales"… dont la signification n'est pas claire…

De la même façon St Jèrome, l'évêque patriote pleurant toutes les larmes de son corps au premier sac de Rome en 410, nous donne à l'occasion d'un de ses écrits "Contre Jean de Jérusalem" la liste des grades de la cavalerie de son époque, au début du Ve siècle. Cette liste à aussi la particularité d'être ascendante, c'est à dire dans la sens graduel des tours de promotions.

"(…) Volo quod dico manifestius fieri, finge aliquem tribunitiae potestatis suo uitio retrogradatum, per singula militiae equestris officia, ad tironis uocabulum deuolutum. Numquid ex tribuno statim fit tiro? Non, sed ante primicerius, deinde senator, ducenarius, centenarius, biarchus, circitor, eques, dein tiro; et quamquam tribunus quondam miles gregarius sit, tamen ex tribuno non tiro, sed primicerius factus est (…)"
HIER. C. Ioh. 19 (J. L. Feiertag, CC SL 79 A, 1999, p30-31.)

Si nous le lisons dans l'ordres croissant; nous obtenons: tiro, eques, circitor, biarchus, centenarius, ducenarius, senator, primicerius, tribunus.

3) Signiferi; portes-enseignes.

Remarque: Vous noterez que dans cette liste manque l'Aquilifer, le porteur de l'aigle de la légion pourtant stipulé par Végèce. Cette liste serait-elle donc à rapporter sur une date plus tardive où l'aigle disparaît de cette armée?

4) Optiones; soldats d'élites ou scribes.

Remarque: Il n'est pas évident comme il est dit souvent en reconstitution qu l'Optio soit à proprement parlé le second du centurion. En effet, dès le Haut-Empire, l'Optio est souvent mentionné dans l'administration de la légion comme étant un "bureaucrate". Un stage dans les Principia est-il donc envisageable dans le tour des promotions avant d'obtenir son centurionat?

5) Vexillarii: Portes-étendards.

6) Mensores; mesureurs.

7) Tubicines; trompettes d'infanterie.

8) Bucinatores; Trompette de cavalerie.

9) Cornicines; Sonneurs de trompes.

Remarque: jusque là rien de très nouveau en fait…

10) Andabatae; cuirassiers.

Remarque: Voici un nouveau terme que je ne connaissais pas pour les fantassins lourds. Ou peut-être est-ce pour la cavalerie? Rien n'est moins sûr. Plus loin nous verrons peut-être une distinction supplémentaire. Tout du moins pouvons nous rapprocher ce terme des "Armati" d'Ammien Marcellin ou des Gravis Armaturae de Végèce… A moins que les Andabatae soient des fantassins très très lourdement équipés… Quid?

11) Metatores; Arpenteurs.

12) Arcuites et Sagitarii; archers et lanceurs de traits.

13) Praetoriani; garde attachée au général

Remarque: Peut-être à mettre en correspondance avec la réserve prétorienne de l'ordre de bataille de Julien à Strasbourg.

14) Lanciarii; lanceurs de javelots.

15) Deceprimi; les dix premiers.

16) Beneficiales; chargés de s'occuper des vétérans.

17) Torquati; porteurs de colliers; ceux qui portent des anneaux au cou.

18) Brachiati ou Armilligeri; ceux qui portent des bracelets.

19) Armigeri; porteurs d'armes.

20) Munerarii; Ouvriers du génie.

21) Deputati; soldats chargés d'une mission.

22) Auxiliarii; troupes auxiliaires.

23) Cuspatores; Gardiens de prison. Les Romains donnent le nom de Cupsi à des entraves en bois, de Custodes pedum, "entraves de pied", "gardienne des pieds".

24) Imaginiferi; porteurs d'images.

25) Ocreati; fantassins avec des jambières de fer.

26) Armatura prima; première ligne.

Remarque: Il s'agir ici des fantassins lourds de première ligne appelés chez Ammien; Armati et chez Végèce Gravis Armaturae…

27) Armatura semissalis; ligne supérieure.

Remarque: Pour ceux qui comme moi se sont toujours demandé ce qu'était le Semissalis. Et bien maintenant nous savons qu'il s'agit d'une distinction supplémentaire au sein des fantassins de première ligne…

28) Hastati; porteurs de lances; fantassins de seconde ligne.

29) Tesserarii; Ceux qui, au moment de la transmission des mots d'ordre, font circuler dans la troupe les signes de reconnaissance.

30) Draconarii; Portes-enseignes.

Remarque: Nul doute qu'il ne s'agit pas d'une légion Haut-Empire…

31) Adiutores; Adjudants.

Remarque: Le nom latin des chefs d'escouades?

32) Samiari; Ceux qui astique les armes.

33) Vaginarii; Fabricant de fourreaux.

34) Arcuarii; Fabricants d'arcs.

35) Pilari; Lanceurs de javelots.

36) Verutarii; lanceurs de javelines (Verutum)

37) Funditores; Frondeurs.

38) Ballistarii; Soldats servants à la catapulte. La catapulte est une sorte de machine de siège que le vulgaire appelle Onagre.

39) Vinarii; Soldats combattants sur les remparts.

40) Primoscutarii ou Protectores. Soldats d'état major.

41) Primosagittarii: Premiers archers.

42) Clibanarii; cuirassiers; Les Romains appellent les armures de fer celibana au lieu de celamina.

43) Flamularii; ceux qui ont au bout de leur lance des morceaux d'étoffes.

44) Expediti; fantassins légers, sans équipements prêts au combat.

45) Ferentarii; tirailleurs.

46) Circitores; Ceux qui circulent autour des combattants, et leur fournissent des armes, sans encore savoir combattre eux-mêmes.

47) Adoratores; Soldats démobilisés.

48) Veterani; ceux qui ont vieilli sous les armes.

49) Tirones; recrues.


Fin de la notice de synthèse.

Page 1 sur 1 Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/