Nous sommes actuellement le 21 Nov 2019, 07:50

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Du diocèse à la paroisse ; l'origine des plous
Nouveau messagePublié: 25 Mar 2015, 19:30 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 11:55
Messages: 4297
Localisation: Brest - pagus Legionensis - Civitas Ossismi - Letavia
Paru l'an dernier aux PUR :
Citer:
Anne Lunven
Du diocèse à la paroisse
Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve-XIIIe siècle)

La mise en place d'une hiérarchie territoriale ecclésiatistique constitue l’aboutissement d’un lent processus que cette étude tente de suivre en haute Bretagne, dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo. L’analyse qui combine à l’approche plus traditionnelle par les sources écrites (actes de la pratique, récits hagiographiques et pouillés diocésains) l’enseignement des « archives du sol » (sépultures et bâti religieux), s’étend du Ve au XIIIe siècle, c’est-à-dire de l’installation des premiers évêchés à l’achèvement institutionnel des cadres ecclésiastiques.

Avec des préfaces de Florian Mazel et Daniel Pichot.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3517


Je n'ai pas encore lu l'ouvrage mais j'ai assisté à une conférence donnée par l'auteur à l'UBO le 11 mars dernier sur l'origine de la plebs bretonne. Elle a repris l'historiographie portant sur ce sujet avant de mettre en avant ses failles et de proposer sa propre interprétation des sources.
Pour elle et pour aussi reprendre les travaux de Soazick Kerneis sur la comparaison avec la pieve d'Italie du nord, la plou bretonne n'est pas une création d'origine bretonne insulaire mais un phénomène d'origine romaine trouvant son origine dans la création des premiers diocèses. Plou et pieve sont des structures destinées à des régions éloignées d'un siège épiscopal où les populations sont placées sous l'autorité d'un collège de prêtres vivant dans un monasterium. C'est ce que laisse voir également le cartulaire de Redon (une région située aux confins de trois évêchés, et en conséquence peut-être un cas particulier avec une organisation qui ne serait pas à généraliser à l'ensemble de la Bretagne).
La plou trouve son origine dans l'Antiquité Tardive même si elle n'est pas attestée de manière formelle avant le IXe siècle (faute de source) et de nouvelles plous ont très bien pu être crées jusqu'au XIIe siècle.

A noter également la critique qu'elle a fait des travaux du regretté Bernard Tanguy sur la localisation des activités des prêtres Lovocat et Catihern près de Corseul. Le fait qu'ils portent des noms bretons n'en ferait pas nécessairement des personnages vivant en zone 'bretonne' et la lettre étant signée par les évêques du Mans, de Tours et de Rennes permettrait pour elle d'envisager leur zone d'activité non pas en territoire coriosolite mais dans la civitas des Diablintes, aux confins de ces trois évêchés et un territoire qui ne reçut pas d'évêque.

_________________
"O niurt Ambrois ri Frangc ocus Brethan Letha."
"Par la force d'Ambrosius roi des Francs et des Bretons d'Armorique."
Morcant map Conmail


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Du diocèse à la paroisse ; l'origine des plous
Nouveau messagePublié: 26 Mar 2015, 13:18 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 09 Nov 2008, 10:52
Messages: 295
J'ai lu l'ouvrage en question dans ses deux versions : celle du mémoire de doctorat et l'adaptation qui en a été faite à l'occasion de la publication. Malheureusement un fâcheux impondérable m'a empêché d'assister à la soutenance de thèse. Par ailleurs, j'ai eu l'occasion d'aborder le sujet de manière connexe à plusieurs reprises dans le cadre de mes travaux sur le matériau hagio-historiographique breton : mon opinion n'est pas encore arrêtée concernant les origines et l'histoire des plebes bretonnes au haut Moyen Âge : je ne souscris évidemment pas aux visions anciennes de La Borderie, Loth ou même de Largillière ; les observations de L. Pape et G. Bernier et, plus récemment celles de S. Kerneis, me paraissent intéressantes à intégrer dans une réflexion actualisée sur le sujet ; l'approche proposée par A. Lunven, qui se situe dans le prolongement des travaux de F. Mazel à qui elle fait explicitement allégeance et rend un hommage appuyé (cf. p. 18 et p. 56, n. 114), me paraît avant tout constituer une application sur le terrain des confins bretons de la doctrine de "l'École de Tours".

La dimension "territoriale", parfois même "géo-descriptive", de nombre de ces plebes me semble suffisamment patente pour couper court à certaines élucubrations ; mais leur dimension "institutionnelle" reste effectivement sujet de débats. Il en va de même s'agissant des diocèses : d’une brassée d’indices dont aucun ne s’avère véritablement dirimant, A. Lunven sait habilement tresser un faisceau d’arguments plus ou moins solides ; mais, malgré sa force de conviction et sa rhétorique, elle ne parvient à entrainer que le lecteur rendu d’avance à ses raisons. Il n’y a rien de véritablement probant derrière cette application à l’historiographie des territoires épiscopaux du concept de logique floue et les opinions contraires, qui sont d'ailleurs loyalement signalées (cf. par exemple à deux reprises, p. 60, n. 145, et p. 66, n. 167, s’agissant de J.-P. Brunterc’h, et p. 102, n. 104, s’agissant de B. Tanguy), demeurent tout autant recevables.

Certes, l’ "École de Tours" dispose à présent d’un solide corps de doctrine et son discours, malgré une tendance au "jargonnage", a incontestablement gagné en pertinence : il serait vain de nier que la problématique des origines de l’organisation territoriale de l’Église, au fur et à mesure qu’elle s’est enrichie de questionnements empruntés aux autres sciences humaines, est devenue plus complexe et doit être désormais abordée sous un angle élargi avec l’appui d’outils conceptuels de plus en plus élaborés ; mais au bout du compte, ce que révèle avant tout l’appareil argumentatif développé par A. Lunven dans la première partie de son livre, c’est que le courant historiographique "bretoniste", prisonnier de ses contradictions internes, n’est jamais parvenu à rendre compte de manière satisfaisante, sauf peut-être dans le cas de Dol (p. 44-49) qui reste néanmoins à vérifier de plus près, de la formation des évêchés bretons. Au passage, les positions défendues par le courant "romaniste" se voient elles aussi implicitement invalidées, car elles ne permettent pas non plus d’expliquer la situation locale. Le terrain historiographique ainsi "nettoyé" - parfois "à la grenade" pourrait-on dire cum grano salis (cf. par exemple p. 39, dans le cas de B. Tanguy, et p. 47, n. 63, dans celui de J.-C. Poulin, comment leur "raisonnement s’écroule" ; ou encore p. 40, comment une hypothèse pourtant jugée séduisante d’André Chédeville se révèle "a priori contredite"), il ne reste plus à A. Lunven qu’à conforter les positions "tourangelles" dans les deux autres parties, bien documentées et très intéressantes, de son ouvrage.

Enfin, il me semble que le recours à certains outils et à certaines techniques empruntés à ce que l’on a longtemps désigné comme les "sciences auxiliaires de l’histoire", doit être soigneusement proportionné à ce que ces outils et ces techniques peuvent réellement apporter au sujet concerné et à son renouvellement, en dehors de tout effet de mode : c’est notamment le cas de l’archéologie qui, sans doute trop longtemps considérée avec une certaine condescendance par les historiens plus habitués à la critique des textes, prétend parfois aujourd'hui, pour les époques les plus anciennes, se substituer entièrement à d’autres types d’approches comme la toponymie, à qui son propre renouvellement issu d’une collaboration plus étroite entre historiens et linguistes (cf. par exemple GRELOIS ET CHAMBON 2008) a permis de passer outre la condamnation prononcée par l’ « École de Tours » à la suite d’un procès (ZADORA-RIO 2001) dont certaines (mauvaises) raisons ont été depuis mises en évidence (GOUVERT 2008, 132 et n. 201).

Cordialement,

_________________
André-Yves Bourgès
www.hagio-historiographie-medievale.org


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Du diocèse à la paroisse ; l'origine des plous
Nouveau messagePublié: 26 Mar 2015, 14:22 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 11:55
Messages: 4297
Localisation: Brest - pagus Legionensis - Civitas Ossismi - Letavia
Merci pour votre commentaire André-Yves.

Votre conclusion rejoint l'une des remarques formulées par Patrick Galliou à la fin de la conférence, concernant l'intérêt qu'il y aurait à examiner de plus près la répartition des vestiges antiques sur le territoire de ces plebes. Il citait l'exemple de Ploumoguer dont le nom fait référence à une ruine antique, et il aborde d'ailleurs rapidement ce sujet dans les notices d'archéologie antique du dernier bulletin de la société archéologique du Finistère.

_________________
"O niurt Ambrois ri Frangc ocus Brethan Letha."
"Par la force d'Ambrosius roi des Francs et des Bretons d'Armorique."
Morcant map Conmail


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr
Thème 3myl_sable réalisé par SGo