Nous sommes actuellement le 21 Nov 2019, 01:57

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rédiger ou éditer aucun message.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le Strategikon Traduction de Geta: Livre VI
Nouveau messagePublié: 08 Sep 2008, 07:55 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 08:44
Messages: 128
LIVRE VI : diverses manœuvres et tactiques.


Un constant entraînement est la plus grande valeur du soldat. Il est cependant facile à l’ennemi d’apprendre ce qui se passe grâce aux espions et aux déserteurs, et de rendre ainsi tout l’entraînement inutile. A vrai dire, la manœuvre décrit plus avant est suffisante, sa simplicité la rend adaptable à toute formation sans perturber notre plan de bataille. Malgré tout, si l’opportunité de faire une manœuvre plus sophistiquée se présente, chaque meros doit individuellement s’exercer à plusieurs formations et manœuvres, d’abord à celle donnée en dessous pour un emploi réel et les autres manœuvres additionnelles qui ne sont pas vraiment essentielles. Chaque formation ou manœuvre doit être spécialement identifiée afin que le soldat entraîné à ces manœuvres puisse reconnaître les différences et ne soit pas perplexe ; et afin qu’il ne puisse pas savoir pas quel plan le général s’apprête à suivre lorsque l’heure de la bataille approche. Attention, il y a trois formations simulées : la formation scythe, celle des Alains, l’africaine et une pour un emploi réel : la formation italienne.


I) La manœuvre scythe simulée.

Dans la formation scythe, toutes les tagmas sont formées de la même manière, comme autrefois, sans que quelques unes soient organisées en troupes d’assaut et d’autres en défenseurs. Elles doivent être alignées sur une ligne, divisée en deux moiras au lieu des trois habituelles. Les deux flancs quittent le meros comme s’ils engageaient une manœuvre d’encerclement, avançant l’un vers l’autre et encerclant un espace vide. Continuant leur chevauchée le long du cercle, l’aile droite à l’extérieur et l’aile gauche à l’intérieur, elles chevauchent dans la section opposée, les lignes l’une dans l’autre. Ceci faisait parti des jeux de cavalier des quartiers d’hivers au cours du mois de mars [ note : La vie de Saint Anastasius le perse (Acta S. Anastasii Persae, ed. H.Usener, Programma Universitatis Bonnae 1884, 13) rapporte: « Pendant le mois de mars, il était de coutume chez les soldats d’équiper leurs chevaux, de les sortir sur la plaine et de leur faire faire de l’exercice comme s’ils les dressaient pour la guerre ». ]


II) La manœuvre des Alains simulée.

Dans le système alain, les troupes, certains d’assaut et d’autres défenseurs, sont alignées sur une seule ligne de bataille. Celle-ci est divisée en moiras, alignées à deux ou quatre cent pieds l’une de l’autre. Les troupes d’assaut avancent au galop comme si elles poursuivaient un ennemi, puis elles font demi-tour filtrant à travers les intervalles ou espaces libres de la ligne principale. Puis, ils se retournent et ensembles avec les défenseurs, ils chargent contre l’ennemi. Dans une autre manœuvre, les troupes d’assaut se retournent dans ces intervalles et chargent contre les deux flancs de l’unité, les hommes gardant leurs positions d’origine.


III) La manœuvre africaine simulée.

Dans le système africain, les troupes sont alignées sur une ligne de bataille, ce qui a été la pratique habituelle jusqu’à présent. La moira du centre est composée de défenseurs et les deux ailes de troupes d’assaut. En partant rapidement, comme en poursuite, la moira du centre, légèrement en retrait, maintient la formation en ordre serré pendant que les troupes d’assaut commencent à quitter les flancs. Puis, lorsqu’il est temps de retraiter, une moira reste en position ou ralenti sur l’extérieur pendant que l’autre retourne après des défenseurs à toute vitesse. L’aile qui avait fait halte repart alors à l’arrière vers la ligne principale et l’autre aile quitte rapidement sa position pour la rejoindre en avançant vers un côté de sorte que les deux ailes arrivent face à face mais sans entrer en collision. Il y a une autre formation similaire à celle-ci dans laquelle les troupes sont alignées de façon inverse mais suivent les mêmes mouvements, c'est-à-dire que la moira du centre est composée de troupes d’assaut et les ailes de défenseurs. Pour être exact, cette formation doit être nommée le système illyrien.


IV) La manœuvre italienne pour un emploi réel.

Le système italien est à la fois une formation et une manœuvre qui selon notre opinion est approprié pour être employé contre tout type de peuple. Il se compose de deux ligne, une ligne de front et un soutien, avec troupes d’assaut et défenseurs, gardes du flanc, ceux qui débordent le flanc et des détachements d’embuscade, tous définis plus avant et illustrés par des schémas. De façon générale, nous devons nous exercer à ces divers systèmes de manœuvre, ainsi autrui ne découvrira pas lequel est le plus important à nos yeux. Ou, lorsque la ligne de front est manœuvrée, la seconde ligne ne doit pas être sur le terrain avec elle, la première ligne doit être seule sans ses gardes du flanc, ceux qui débordent le flanc et les détachements d’embuscade. Cela nous parait être l’organisation la plus simple et la plus basique. De plus, quelques cavaliers peuvent se positionner en lieu et place de la seconde ligne pour la représenter afin que les troupes de première ligne s’habituent aux distances à couvrir pour aller trouver un point sécurisé. De la même façon la seconde ligne peut elle-même être manœuvrée avec quelques troupes postées à l’emplacement de la première ligne afin que la seconde puisse s’habituer à offrir un refuge à la première en cas de besoin.



V) Entraînement de ceux qui débordent le flanc et des gardes du flanc.

Les gardes du flanc et ceux qui débordent le flanc peuvent être entraînés séparément à leurs propres formations avant la guerre afin d’être habitués aux mouvements complexes sans se désorganiser. D’abord, ceux qui débordent le flanc peuvent être placés à couvert derrière le flanc droit, ou ils peuvent être alignés sur le flanc avec la ligne même. Dans les deux cas, quand arrive l’heure de l’encerclement, ils inclinent vers la droite puis ils partent aussi loin que nécessaire. En maintenant la formation, ils retournent rapidement à leur position d’origine tout en enveloppant la ligne ennemie. De la même manière, les gardes du flanc, postés à côté du meros de gauche, inclinent à gauche, partent aussi loin que nécessaire, retournent rapidement à leur position originale de telle sorte à rendre notre ligne égale en longueur à celle de l’ennemi.

_________________
Image Goths mit Huns


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rédiger ou éditer aucun message.  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr
Thème 3myl_sable réalisé par SGo