Nous sommes actuellement le 20 Nov 2017, 21:01

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Quelques sources tirés de mes recherches
Nouveau messagePublié: 08 Déc 2008, 21:26 
Hors-ligne

Inscrit le: 27 Nov 2008, 21:05
Messages: 5
voila de quoi vous prouver que les plantes de mon époque de reconstitution, sont pour un bon nombres déjà utilisés a votre époque
extraits choisis de quelques plantes accompagnées de légendes...

genièvre : Originaire du bassin méditerranéen
Le genévrier a toujours fait partie des condiments et médecines utilisés.
Déjà en Egypte ancienne, il était utilisé comme digestif et contre les parasites intestinaux. Plus tard, les médecins grecs y ont eu recours en particulier pour lutter contre la peste (Hippocrate), purger le foie et les humeurs (Pline et Galien). Le genévrier était consacré à Jupiter à cause de son bois imputrescible.

Basilic : Certainement originaire de l'Inde, le basilic est cultivé dans la zone méditerranéenne
Il a toujours été utilisé par les Egyptiens, les Grecs anciens qui l'injuriaient pour assurer sa germination et aussi les Romains pour qui il était l'un des symboles de l'amour, ces derniers pensaient qu'une tige offerte à sa dulcinée provoque en elle un amour éternel. Mais c'est aussi une plante ambiguë, avec des propriétés médicinales : contre l'épilepsie (d'après Pline)

Coriandre : La coriandre est originaire du Moyen-Orient ou d'Asie Mineure
Les Egyptiens l'utilisaient souvent : les graines parfumaient des galettes de céréales sous Ramsès. Dans les tombeaux de la XXI dynastie (1085-945 avant JC) on a retrouvé des graines de coriandre,...
La coriandre arrive dans le nord de l'Europe avec les Romains qui l'utilisent pour conserver la viande (mélange de coriandre, cumin et vinaigre) ainsi que pour parfumer leurs pains.
Rend le vin plus enivrant en Inde et en Egypte ancienne
Hippocrate la conseille pour favoriser le sommeil et la conception

Clou de girofle : Originaire des Mollusques , Dans une sépulture mérovingienne (France autour de +600)
Première trace occidentale en +334 : l'empereur romain Constantin le Grand offre à Saint Sylvestre, évêque de Rome, entre autres choses, 150 livres de clous de girofle.

Gingembre : Inde (état du Kerala ?), Chine, Forêt de l'Asie du Sud-est, Malaisie, Moluques,.
Le gingembre est aussi l'une des premières épices orientales à rallier le bassin méditerranéen, probablement grâce aux phéniciens (donc avant le IVe siècle avant J.C.). En Egypte antique, il entre dans le processus de momification. Son origine, comme celle de la cannelle, était jalousement gardée par les marchands et pendant longtemps on cru que le gingembre était la racine du poivre. C'est Pline l'ancien ( 23 - 79, auteur et naturaliste romain), au premier siècle de notre aire qui leva ce lièvre : " Ce n'est pas la racine du poivrier, C'est la racine blanche d'une petite herbe. Cette racine quoique âcre, pourrit en peu de temps. elle se vend six deniers la livre"
Dioscoride (40 - 90), médecin grec, le préconise dans son fameux De Materia Medica comme médicinale et précise encore son origine : " il croit en Arabie et aux Indes, ses racines ont quasi le goust du poivre, bon à manger il aide à la digestion, mollit le ventre moyennement, est bon à l'estomac ; on le mêle aux antidotes " Il nous apprends aussi que le gingembre était déjà importé sous forme confite et pas uniquement séché.

Lavande : Venue de l'ouest du bassin méditerranéen, la lavande était déjà utilisée par les Romains pour conserver le linge et parfumer les bains. En Provence, la lavande fut utilisée dès le Moyen Âge, pour la composition de parfums et celle des médicaments, Depuis très longtemps aussi, on connait les vertus cicatrisantes et antiseptiques de la lavande

Laurier : Originaire de l'Asie Mineure, il a été introduit dans tout le bassin méditerranéen bien avant notre ère. Pline, et Dioscoride attribue de nombreuses vertus à toutes les parties de la plante.
Durant l'Antiquité, on croyait que le laurier protégeait de la foudre.
il servait aussi au "Daphnophages" pour ce plonger dans une transe divinatoire
L'herboriste Culpeper nous dit qu'il protége des "méfaits de Satan sur l'homme, qui sont si nombreux"
Fulgentius, auteur latin du VIe : "la feuille de laurier placée sous le coussin fait voir en songe les choses qui se réaliseront"...
De nombreuses légendes courent à son sujet. Dédiés à Apollon puis consacrés à son fils Esculape (dieu grec de la médecine). Pour les grecs antiques, les couronnes de laurier servaient à célébrer les héros, elles étaient signe de la plus haute distinction. Encore de nos jours, le laurier symbolise le succès : le baccalauréat du latin bacca lauri (baies de laurier). Le nom même de laurier se confond avec les louanges (laurus en latin).

Menthe poivrée
Noms communs : Menthe, menthol, menthe anglaise, menthe sauvage, sentebon.
Nom botanique : Mentha x piperita, famille des labiées ou lamiacées.
La menthe poivrée (Mentha x piperita) est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées. Elle est issue d'un croisement entre Mentha aquatica et Mentha spicata. La menthe poivrée est constituée d'huiles essentielles (menthol...), de tanins, de flanoïdes, de principes amers, de triterpènes. La menthe poivrée est connue pour son odeur puissante. C'est une plante dit vivace par son rhizome qui s'accroche dans la terre. Ses feuilles mesurent de 4 à 10 cm de long, elles sont ovales, vertes foncées et se teignent rougeâtres au soleil et rouge cuivré à l'ombre.
Habitat et origine : on pense que la menthe poivrée est originaire du Moyen-Orient. Elle résulte d'une hybridation entre la menthe aquatique (Mentha aquatica) et la menthe verte (Mentha spicata). Généralement stérile, on la propage par ses stolons ou drageons (branches basses qui développent des racines au contact du sol).
Historique
On a trouvé des feuilles de menthe poivrée dans des pyramides égyptiennes datant du premier millénaire av. J.-C. Le nom de la plante provient de Minthe, une nymphe de la mythologie grecque que Proserpine, jalouse, transforma en fleur « poivrée ». Les Grecs et les Hébreux s'en parfumaient tandis que les Romains en mettaient dans leur vin et leurs sauces. Leurs femmes mâchaient une pâte renfermant de la menthe et du miel pour « masquer l'odeur du vin qu'elles boivent en cachette à l'époque où la loi punit de mort celles qui useraient d'un breuvage réservé aux hommes et aux dieux. »
Hippocrate et Aristote l'employaient comme anaphrodisiaque (calmant, anesthésiant)
Comme toutes les menthes elle a des propriétés aromatiques (toniques, fortifiantes) et des propriétés digestives (combattre les lourdeurs, les ballonnements, les gaz).
Antispasmodique, la menthe était considérée autrefois comme une panacée grâce à l'action bactéricide du menthol

Poivre long : Originaire des bases de l'Himalaya, dans le nord-est de l'Inde, il est inscrit depuis très longtemps dans les textes sanskrits.
Au vue l'étymologie du mot poivre - du Sanskrit pippali, nom du poivre long-, il semble que le poivre long soit le premier poivre à avoir eu une importance dans le bassin méditerranéen. Il y était connu durant l'Antiquité, avant même le poivre noir : on en connaît des descriptions par le philosophe grec Théophraste (IVe avant JC) et par Pline l'Ancien (Ie avant JC). Il valait 4 fois le prix du poivre noir. En 176 avant JC, les Romains taxent le poivre long et blanc mais le noir est exonéré.

Romarin : Comme de nombreuses labiées, le romarin est originaire du bassin méditerranéen où il est cultivé dès l'Antiquité, plus pour son odeur que pour ses vertus médicinales (Charlemagne en impose la culture en 812). Il apparaît dans de nombreux récits fantastiques et légendes :
Les Romains l'utilisaient pour confectionner des couronnes avec la myrte et le laurier.

Verveine off : La verveine est originaire d'Europe. Pour les anciens la verveine était une herbe sacrée avec de grands pouvoirs Le nom vient du celte ferfaen. D'après les Égyptiens la plante origine des larmes versées par la déesse Isis alors qu'elle pleurait le dieu Osiris. Vénus a fait de la verveine une plante sacrée qui était utilisée dans des philtres d'amour ou aphrodisiaques. Elle a longtemps été considérée comme utile pour préserver les gens contre les démons. C'était le remède universel des druides celtes. «Les magiciens perdent leur sens et entendement à l'endroit de cette herbe. Car ils disent que ceux qui s'en seraient frottés obtiendront tout ce qu'ils demanderont, ayant opinion que cette herbe guérit des fièvres et fait aimer la personne et, en somme, qu'elle guérit de toutes les maladies et de plusieurs autres.»
Les Romains l'avaient dédiée à Vénus (ils l'appelaient Veneris herba : herbe de Vénus ou Veneris vena : veine de Vénus) car ils la croyaient propre à rallumer les feux d'un amour près de s'éteindre; ils en offraient des bouquets porte-bonheur pour le nouvel an, la mettaient à tremper dans de l'eau dont ils arrosaient les salles de banquet afin de réjouir le cœur des convives.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Quelques sources tirés de mes recherches
Nouveau messagePublié: 08 Déc 2008, 23:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 21:13
Messages: 338
Localisation: Le Mans
_____ _____ _____ _____ _____

MERCI! Merci! Ça faisait des ANNÉES que je cherchais quelqu'un, une source, capable de me fournir ce genre de liste!
Askavian: -"- on va bien s'entendre!

_________________
White Horse avec son costume devient Maelcolm, né de père scot et de mère picte!

http://white-horse-540.oldiblog.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Quelques sources tirés de mes recherches
Nouveau messagePublié: 09 Déc 2008, 10:17 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Sep 2008, 16:20
Messages: 873
Localisation: Villa Pirorum, du côté de Diodurum
Intéressant en effet. o'

J'aime bien les plantes mais je me penche pas trop encore dessus.
Plusieurs auteurs latin comme Tacite dans son livre XX(TRAITANT DES REMÈDES FOURNIS PAR LES PLANTES DE JARDIN.)
et Pline l'ancien dans ses recueilles: Histoires naturelle du livre XXII, XXIII, XIV XXV, XXVI et XXVII pour ne citer que les plus connus, sont sympa à lire et peuvent déjà compléter grandement la liste des remèdes des plantes aussi. ;)

_________________
Magister Dictator "Goths mit Huns"


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Quelques sources tirés de mes recherches
Nouveau messagePublié: 09 Déc 2008, 12:31 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Sep 2008, 20:39
Messages: 267
Dans tous les cas, les analyses chimiques modernes faites sur les molécules des plantes utilisées depuis on ne sait pas toujours "dater" ont prouvé l'activité de ces molécules contenues dans les plantes.
Ce sont ces analyses chimiques qui sont au départ de nos "médicaments" modernes, et l'industrie pharmaceutique actuelle continue de chercher, dans les plantes, les molécules "actives".

Ceci est peut-être HS, mais pas plus que les autres moyens modernes aidant à la datation ou la composition d'une pièce archéologique.

Les moyens "modernes" permettent de "valider" la connaissance des "soins" par les plantes qui date de ????? et fût utilisée jusque à la naissance de l'industrie pharmaceutique.

NB: les moyens "modernes" permettent de "valider" la pertinence du texte de Tite Live, pour "rester romain". Notons au passage que ces pertinences se retrouvent chez Hildegarde von Bingen, les médecins arabes de l'Espagne berbère, la médecine traditionnelle arabe (dont certaines recettes sont identiques à celles de Tite Live), etc.

Une molécule "active" reste active au travers des siècles, ainsi que notre physiologie.
La chimie moderne a permis également "d'objectiver" scientifiquement ce qui, des fois, peut passer pour des "rites magiques": moment de la récolte, instruments avec lequel on récolte, etc.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Quelques sources tirés de mes recherches
Nouveau messagePublié: 09 Déc 2008, 16:26 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Sep 2008, 16:20
Messages: 873
Localisation: Villa Pirorum, du côté de Diodurum
En effet, bon nombre de recettes anciennes sont reprise dans la pharmacopée "moderne", et permettent aussi de nouvelles orientations dans la recherche pharmaceutique.

Et même certaines recettes efficaces de nos grand mères se retrouvent dans les textes anciens.

_________________
Magister Dictator "Goths mit Huns"


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr
Thème 3myl_sable réalisé par SGo