Nous sommes actuellement le 17 Juil 2019, 20:24

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 83 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 17 Juin 2013, 13:14 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Sep 2008, 17:39
Messages: 58
Localisation: Close to the northern end of a failing empire...
That's very nice information!

I'm VERY MUCH interested in the plumbatae,

Were they all found near Biesheim?
So far I knew only of 2 plumbatae (one of them is the one on the left, the other a lead weight only and not in the picture).
Do you know perhaps about the lenght, the weight and possibly a dating?

If you have any more information, could yopu please sned me that? My email address is fectio@hotmail.com
Thanks already for this one,

Robert Vermaat
FECTIO

_________________
Valerius/Robert Vermaat
THE CAUSE OF WAR MUST BE JUST
(Maurikios-Strategikon, book VIII.2: Maxim 12)


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 17 Juin 2013, 13:35 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
J'ai trouvé ce rapport sur les fouilles de Biesheim-Oedenburg. Une partie ce porte sur les plumbatae, j'étudierai ça ce soir.

There is an article about Oedenburg and the plumbatae at the end (page 248). I will study it this evening.

http://vindonissa.unibas.ch/fileadmin/v ... 2_2005.pdf

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 17 Juin 2013, 14:34 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Il y est SUPER cet article (Réddé Ya bon...) "Hasta Plumbata" ça fait mal aux oreilles mais en dehors de ça... ce castellum valentinien est vraiment génial.

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 18 Juin 2013, 13:39 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
Je mets sur le forum l'article du pdf dont j'ai mis le lien supra.

LA FORTIFICATION D’ALTKIRCH

Situation, orientation

La fortification d’Altkirch s’étend du sud au nord entre le rebord oriental de la butte d’où le terrain s’abaisse vers un bras du Rhin (Riedgraben) et la rocade sud-nord, à l’ouest, où elle perce sans doute intentionnellement le bord est de la chaussée (fig. 5 et 27). Nous pensons, bien que le plan de la porte sud n’ait pas encore été identifié définitivement, que l’édifice était orienté vers le sud. L’emplacement de la porte sud, d’où on peut voir la fortification contemporaine située sur le Münsterberg à Breisach, occupe l’endroit le plus élevé du site
(191,76 m NGF). L’espace fortifié s’incline d’ici vers l’ouest (angle sud-ouest à 191,55 m NGF), vers le nord (angle nord-ouest à 190,49 m) et vers le nord-est jusqu’à l’altitude 189,17 m NGF (angle nord-est), où se situe le point le plus bas.

Image

Dimensions

Il existe encore un certain degré d’incertitude en ce qui concerne les dimensions générales de l’édifice (fig. 31). Sauf exception, les mesures n’ont pu être prises qu’au niveau des tranchées de fondation des murs spoliés. Lorsqu’il est question d’épaisseur de murs, il s’agit donc de celles des fondations, car seules celles-ci sont en partie conservées. Trois modules ont été déterminés :
• 3 m pour le mur extérieur de la fortification ;
• 1,20 m pour les murs de refend des casernements ;
• 1,50 m pour le mur intérieur du casernement et les murs de refend à l’intérieur des bastions.

Grâce à la découverte d’un morceau de mur maçonné entuiles (2002 ; US 955), nous savons que ce n’est pas le pied
romain de 0,295 m qui a été utilisé lors de la construction de la fortification, mais le pied germanique de Drusus (0,332 m).
La plus grande largeur de la fortification – mesurée entre les parois extérieures des tranchées de fondation pillées des bastions
est et ouest, situés le plus au nord – atteint 92,95 m. La plus grande longueur – mesurée entre les parois extérieures des tranchées de
fondation pillées des bastions sud et nord, situés le plus à l’ouest –atteint 125,77 m. La longueur extérieure des bastions varie entre
13,44 m et 13,96 m, et leur largeur extérieure mesure 4,90 m ; sur le front ouest, la longueur extérieure des bastions diminue du
nord au sud de 13,89 m à 13,44 m. Les casernements mesurent en moyenne 7,50 m de long et 4,30 m à 5,45 m de large (dimensions
internes). Les dimensions de la cour intérieure sont de 58 m x 89,6 m. La surface de l’ensemble est de 1,06 ha.

Structure du plan et technique de construction

Indépendamment de la question relative à la présence d’une construction intérieure centrale, question qui n’est pas encore définitivement réglée, la fortification se distingue par son concept architectural qui repose sur un plan clairement structuré (fig. 31). Sans prendre en compte les côtés est et ouest, où la question reste encore ouverte, nous avons pu mettre en évidence, au sud et au nord, des fossés à fond plat de 2 à 3 m de profondeur et de 6 à 8 m de largeur. Le fossé septentrional est interrompu devant la porte nord par un terre-plein.
L’épaisseur d’environ 3 m du mur d’enceinte (mur extérieur) est caractéristique de l’époque (Anthes, 1918). Du côté intérieur s’adossaient, le long des quatres côtés, des casernements ressemblant à des casemates, comme on en connaît à
Alzey, phase I (Oldenstein, 1994) ou à Altrip (Schnurbein, Köhler, 1989). Nous avons cherché vainement à l’ouest, au
nord et à l’est un portique comme celui qui existe à Altrip.
L’aménagement ressemble visiblement davantage à celui d’Alzey, où les traces d’un portique font également défaut.

C’est seulement en 2003 que nous avons pu mettre au jour des traces qui indiquent, au moins à la porte sud, l’existence d’un mur de fondation d’un portique.
Malgré d’importantes perturbations, la porte nord a pu être identifiée, grâce à l’interruption du fossé et à la présence d’une voie d’accès, en raison aussi de l’interruption du mur intérieur. Les casernements de l’aile nord forment deux séries de quatre pièces, de part et d’autre de l’espace plus grand qui correspond au bastion de la porte nord. Sur les ailes occidentale et orientale, nous retrouvons la même organisation, avec trois séries de quatre casemates, séparées par des pièces plus grandes au niveau des bastions. Or, dans la mesure où le mur intérieur
de l’aile ouest n’y est pas interrompu, nous ne savons pas encore l’existence et le nombre des portes éventuelles vers l’ouest, c’est-à-dire vers la via publica. Le troisième bastion de l’aile occidentale a pu avoir une porte, car la grande route venant de Horbourg arrive à cet endroit-là (fig. 27). Les données de la porte sud et la situation du côté oriental restent encore à vérifier.

Image

Les bastions d’angle (fig. 31), où se croisent deux galeries de casernement, constituent une caractéristique architecturale
originale. Le seul élément de comparaison est livré par le Palatiolum de Trier-Pfalzel (fig. 32) (Cüppers, 1965), dont un
tronçon de mur de 12 m de hauteur, encore conservé dans l’église collégiale, a permis la restitution des structures
d’Oedenburg. Les dimensions intérieures des bastions d’angle, dont chacun est composé de la pièce centrale (7,60 m) et des
deux pièces saillantes (4 m) sont absolument identiques dans les deux fortifications.
On retrouve dans les techniques de construction de la fortification d’Oedenburg certaines caractéristiques typiques des constructions de l’époque valentinienne dans les régions du Rhin supérieur : pour accroître la stabilité du terrain, une série de piquets est enfoncée au fond des tranchées de fondation à parois verticales, au fond desquelles sont posés un ou plusieurs radiers superposés de poutres entrecroisées (fig. 33). Les caissons formés par les poutres du radier sont remplis de mortier de chaux coulé en alternance avec des lits de pierres.
Cette technique a été utilisée à Altkirch. On la retrouve sous le mur intérieur et les murs de refend des casernements ; en revanche, au fond des tranchées de fondation presque entièrement spoliées du mur extérieur, seule la présence des piquets a pu être mise en évidence à ce jour. Il n’a pas été possible de déterminer la hauteur exacte des fondations ; en ce qui concerne l’élévation des murs, il faut se contenter des exemples connus ailleurs.

Image

Datation, fonction

La technique de construction caractéristique, mais surtout les nombreuses monnaies, dont le pic date incontestablement de l’époque de Valentinien et de Valens (Biellmann, 1997, p. 18) – comme d’ailleurs les monnaies trouvées sur le fond du fossé – attestent une construction de la fortification sous Valentinien I dans les années 369-374 apr. J.-C. Deux monnaies en argent de Constantin III (407-411) peuvent être considérées comme la preuve d’une présence romaine après les années catastrophiques de 406-407. Chronologiquement, ces deux pièces sont suivies par une autre monnaie d’argent de Théodoric (418-451) (Biellmann, 1997).
La porte sud est reliée à la rocade sud-nord par une route qui se raccorde à celle-ci à une centaine de mètres vers le sud
(fig. 5 et 27). Une autre route raccorde la porte nord à la rocade à une distance de 250 m. La garnison de la fortification pouvait
ainsi surveiller la voie principale sud-nord qui passait directement à côté de la fortification, ainsi que celle venant de l’est qui
traversait le Rhin et se dirigeait à l’ouest vers Horbourg. Mis à part la forme particulière de la fortification (fig. 32 et 34), pour laquelle il n’existe jusqu’à présent aucun autre exemple, excepté à Trier-Pfalzel, les structures archéologiques, en raison de leur mauvais état de conservation, ne nous livrent pas d’indices sur sa fonction précise. Il n’existe aucun niveau de circulation conservé qui puisse nous renseigner au moins sur l’aménagement et la fonction des pièces situées au niveau du sol. Il en va autrement de Trier-Pfalzel, où non seulement le nom mais également la présence de mosaïques témoignent d’un riche environnement. Cependant, la forme de la fortification d’Oedenburg montre une influence impériale qui pourrait résulter du fait qu’un architecte de la cour a été chargé de sa planification et de sa réalisation. Les armes sont plutôt rares, à l’exception de deux hastae plumbatae (fig. 35, no 6) ; le nombre des éléments vestimentaires militaires n’est guère plus élevé : boucles de ceinture, fibules (fig. 36). Soulignons la découverte d’un lingot d’argent du Bas-Empire (Maurer, 1993), d’une bague en or (Biellmann, 2000, p. 21) et d’au moins neuf fibules cruciformes dorées (fig. 36, B 84.99) de type Keller VI(Zagermann, 2003).

Image

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 18 Juin 2013, 14:22 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Sur 65 pages... l'essentiel est dit. On notera avec cet exemple que l'architecture militaire tardo-romaine a su pallier aux insuffisances des constructions en dur du Haut Empire encore en fonction à la même époque.

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 18 Juin 2013, 15:42 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 22 Sep 2008, 17:39
Messages: 58
Localisation: Close to the northern end of a failing empire...
Hi Martii,

Martii a écrit:
There is an article about Oedenburg and the plumbatae at the end (page 248). I will study it this evening.
http://vindonissa.unibas.ch/fileadmin/v ... 2_2005.pdf


Thank you for posting that, a great article but unfortunately for me I already know it. ;)
I had hoped you had new information about the other plumbatae in your picture.
Perhaps I can write to the museum. It's the "Musée Gallo-Romain / place de la Mairie / 68600 Biesheim"Correct?

Greetings,
Robert
FECTIO

_________________
Valerius/Robert Vermaat
THE CAUSE OF WAR MUST BE JUST
(Maurikios-Strategikon, book VIII.2: Maxim 12)


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 18 Juin 2013, 18:42 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
Yes, that's right. I'm sorry but I have nothing new. If you have an answer, can you send me their answer, please ?
They have an email adress : mgr@biesheim.fr.

I hope I helped you.

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 24 Juin 2013, 11:14 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
Après la fortification d'Altkirch( je préviens, ne pas confondre avec la ville éponyme dans le Sundgau :roll: ); je continue avec le mithraeum, découvert lui aussi à Biesheim. Je mets en ligne deux articles : un qui se trouve dans le petit guide offert lors de la visite par le musée, l'autre qui se trouve dans La Carte Archéologique de la Gaule-Le Haut-Rhin.

Image
Image

Dans le petit prospectus :

Un temple dédié au dieu Mithra

[Je mets quand même les infos sur ce dieu] MITHRA est un dieu oriental, dont le culte a été répandu à partir du IIème s. ap. J.C dans tout l'Empire romain d'Occident par les légionnaires et les marchands revenus d'Asie mineure. Religion réservée à un petit nombre d'initiés, des hommes uniquement, elle témoigne d'un besoin nouveau de spiritualité, que la religion romaine officielle ne satisfait plus.

En 1981, E. KERN (Service Régional de l'Archéologie d'Alsace) a conduit la fouille d'un sanctuaire dédié à Mithra. Orienté Nord-Sud, ce sanctuaire possède une longueur de 18,50 m pour une largeur d'environ 7 m. Il comprend un pronaos, une seconde pièce servant au rangement des accessoires de culte, et enfin la cella, c'est-à-dire le sanctuaire lui-même. Le fond du sanctuaire est constitué d'une grande niche qui contenait le bas-relief représentant le dieu Mithra égorgeant un taureau (Mithra Taurochtone), symbole du mal, dont le sang servait à la purification des fidèles.

Les vestiges provenant du mithraeum sont caractéristiques de ce culte : des fragments en pierre du bas-relief, des céramiques destinées au culte et des objets votifs symboliques comme le serpent et le lion.
Les têtes appartiennent aux statues des deux dadophores (porteurs de torches), compagnons de Mithra, représentant le soleil levant (la vie) et le soleil couchant (la mort).

Image

Un tuyau en terre cuite, gravé du M de Mithra, correspond sans doute à un puits servant à un rite de purification.


La prochaine fois, l'article plus poussé. Je tiens à prévenir que je suis en train de traduire de l'allemand un super petit livre sur le castrum valentinien du Sponeck. Traduisez déjà ça "Die spätrömische Festung auf dem Spnockfelsen bei Jechtingen" +++

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 24 Juin 2013, 12:49 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
La suite, avec l'article plus poussé :

Maquette du mithraeum : Image

Au lieu-dit Riedgraben, en 1974-1975, Ch. BONNET et P. CARL ont mis au jour des fragments sculptés provenant d'un relief mithriaque : deux têtes de dadophores, des mains, un fragment de jambe, un fragment d’inscription sur sur marbre, deux socles de statues, un fronton d'autel, un serpent en bronze (d'un vase cultuel?) et plus de 150 monnaies des IIIe-IVe siècles apr. J.C.
Image
Le mithraeum a fait l'objet de fouilles en 1977 ,par une équipe du S.R.A dirigée par E. Kern. Le sanctuaire orienté nord-sud, fait 18,50 m de long. Au sud, on note un pronaos de 7 m de long, un apparatorium de 3,25 m et une cella de 7 m de long. Les murs sont réalisés à l'aide de blocs de basalte (largeur: 0,50 m) sur des hérissons de galets. On observe deux phases de construction : le pronaos a été ajouté au reste de la construction dans un deuxième temps. Des trous de poteaux correspondant à un porche signalent les entrées du sanctuaire : l'une sur le côté sud, l'autre sur le flanc est. Une entré légèrement excentrée vers la droite permet d'accéder à l'apparatorium (endroit où l'on dispose les objets du culte) par une marche descendante. L'entrée de la cella est, quant à elle, dans l’axe du bâtiment. On y aperçoit les podia ou banquettes sur les côtés latéraux formant un couloir central et la niche au fond de la pièce comportant le relief de Mithra. L'intérieur de cette salle est décoré de crépis rouges; les fouilleurs ont également noté l'existence de fresques.

Image

Le sanctuaire a été construit au milieu du IIe siècle ap. J.C, d'après des fragments de vases appartenant au culte découverts dans les décombres. Il s'agit de sigillée provenant de l'officine de Rheinzabern qui date de la période antonine et du début du IIIe siècle apr. J.C.
Sur le bandeau d'un canthare avec un décor de serpent en relief, on note l'inscription suivante : --/(dona?)vit D(im) (?). Une autre inscription a été découverte sur un gobelet : DES. d(eo) i(nvicto) M(ithrae), "...au dieu invaincu Mithra".

Une première destruction du sanctuaire en 270-275 a été constatée. Mais d'après les monnaies découvertes dans le bâtiment (fin du IIIe et IVe siècles), le sanctuaire a été réutilisé et à continuer à être fréquenté jusqu'à la fin du IVe siècle apr.J.C.


Petit plan : Image

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l'article de Cécile PLOUIN "Le Mithraeum de Biesheim", à partir de la page 9.
http://www-umb.u-strasbg.fr/tele/pdf/Chantiers7.pdf

Le mithraeum de Riegel en Allemagne est aussi très intéressant, j'y ferai bientôt un saut.

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 16 Juil 2013, 07:21 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
En faisant quelques recherches sur le limes (sur Wikipédia, section allemande), j'ai découvert ceci :

Image

La notice dit : "Skizze einer Kriegerfigur auf einer alamannischen Silberplatte (Musee Archeologique, Strasbourg)".
Traduction :-) : Esquisse d'un "guerrier" sur un plat en argent alamand (Musée Archéologique de Strasbourg).

Si quelqu'un a déjà vu cette représentation, qu'il nous explique ce qu'il s'agit. Merci d'avance _____

La page Wikipédia où je l'ai découvert : http://de.wikipedia.org/wiki/Limes_%28Grenzwall%29

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 30 Juil 2013, 22:11 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
Cette fois-ci, nous quittons l'Alsace pour l'autre côté de la crête des Vosges, dans la vallée de la Meurthe, près de Saint-Dié.
Axe de communication, elle permet de relier le plateau lorrain au Fossé Rhénan, par le col du Bonhomme. Il est apparu évident de contrôler cette vallée de passage. Les Celtes/Gaulois, les Leuques en particulier l'ont contrôlée, puis les Romains.

Donc deux sites majeurs que j'ai pu découvrir ce weekend : le camp celtique(pas si celtique que ça en fait) de la Bure, et les sources d'Hercule à Deneuvre.

Nous commençons par ce camp celtique de la Bure :

Image

Il domine l'ensemble de la vallée et ce qu'il y a de plus remarquable, c'est un fossé profond de près de 5 mètres taillé dans le grès par la main de l'homme. Le site est occupé dès le Néolithique, abandonné puis occupé en permanence de -70 aux environs de de 360.
Les archéologues estiment que le camp était occupé en permanence par une centaine de personnes, et, en cas de danger, pouvait abriter un bon millier de personnes supplémentaires. Le rempart est un Murus Gallicus, unique dans l'est de la France. Il fait actuellement 3 mètres de hauteur, mais il était bien plus haut.

Après avoir gravis la montagne, nous sommes arrivés sur le plateau. De nombreux rochers parsèment le chemin (rochers à cupules, dalles de grès, menhirs).

Image
On arrive au niveau du rempart : de nombreux galets de la Meurthe sont en tas devant les remparts, pour les jeter sur les assaillants.

Image

Nos ancêtres ont creusé dans le grès même un fossé profond de 3 mètres :-o
Image

Une partie des remparts, à l'entrée : murus gallicus du premier siècle puis enceinte du 4e siècle.
Image
Les restes du murus gallicus.
Image Image
Petite reconstitution.
Image

Et une porte et le mur du 4e siècle.
Image Image
Image

On découvre une stèle :
Image

Un bassin de rétention d'eau, dit bassin de Diane.
Image Image

On arrive au bout du plateau : un beau panorama sur la vallée de la Meurthe nous attend. Un excellent point d'observation il à 2000 ans. Seulement les arbres ont repoussé entre temps.
Image

Sur le chemin du retour, nous trouvons 3 stèles, dont une stèle-maison.
Image Image
Image Image

Ce fut une balade pleine de découverte, nous nous y attendions pas du tout. 8-)

Voilà l'album : https://plus.google.com/photos/113675159055187224296/albums/5905755689660308801

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 02 Aoû 2013, 11:49 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Salut Martii!

Je viens t'embêter dans ton topic pour te demander en globe trotter du Limes que tu es, si il ne t'est pas possible de me communiquer le cas échéant des clichés de maquettes réelles ou virtuelles de camps et forteresses tardo-romains que tu aurais vu ou récupéré lors de visites et lectures. D'avance merci...

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 02 Aoû 2013, 14:49 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
Je termine la série outre-Vosges et je passe aux castellum du Sponeck et Horbourg, et pourquoi pas le fameux camp de Strasbourg. Il se trouve une magnifique maquette du camp, mais je crois qu'il s'agit de celle du Haut empire. A Besançon, le musée archéologique est aussi très riche (au musée de la ville et aussi de la citadelle)...

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 02 Aoû 2013, 14:58 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 14 Fév 2013, 15:32
Messages: 528
Localisation: Argentorate, en Germanie Première
Et bien sûr Augst au musée archéologique, et plus loin, Windisch/Vindonnissa, le Kastell Arbon, Constance ...

Une carte du limes du Danube, Iller, Rhin.

Image


Le site en allemand d'où provient cette illustration : http://www.antikefan.de/themen/militaer/roemer/anlagen.html

_________________
HERCULIANI IUNIORES


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Les Romains dans le Haut-Rhin durant le Bas Empire
Nouveau messagePublié: 02 Aoû 2013, 15:39 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
Très bon ce visuel et très utile.

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 83 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr
Thème 3myl_sable réalisé par SGo