Nous sommes actuellement le 22 Oct 2020, 02:31

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 29 Oct 2008, 17:11 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Sep 2008, 14:05
Messages: 210
Voici quelques types issus de ma dernière fournée:

Ci-dessous, un incontournable des IVème et Vème siècles, le bole " Chenet 313". Ces bols ont été fabriquées uniquement dans la vallée de l'Argonne et ses satellites. Il apparaît vers les années 320, et cette production se poursuivra jusque vers la fin du Vème, en devenant de plus en plus foncé. jusque vers 350, le décor à la roulette représente uniquement des damiers, comme sur ces exemplaires. Puis les motifs évolueront, des oves, puis de croix feront partie du registre. Dès le début du Vème, des molettes chrétiennes apparaissent, représentant notamment des colombes, grappes de raisin, croix diverses. Le décor à la roulette sera encore pratiqué durant tout le VIème par les mérovingiens, mais sur des formes typiques de leur registres.

Ces bols se déclinent toujours en deux dimensions, un petit module, comme ceux-ci, d'environ 15 cm. et un grand module de 25-30 cm.

Image

Ci-dessous, autre production typique des ateliers de l'Argonne et associés, l'assiette "Chenet 304". Elle apparaît vers 320-330 et se produit durant le IVème mais apparemment guère au-delà. Toujours de grand module, 25 à 35 cm. Contrairement aux apparences, c'est une assiette assez simple, voire même un peu rustique.

Image

Et enfin ci-dessous, à mon avis, la plus belle des assiettes tardives. Contrairement aux précédentes, elle est issue de types plus anciens en évolution continue. Fabriquée sous cette forme d'abord dans les ateliers de la vallée du Rhône aux IIème et IIIème siècles, elle sera fabriquée dans plusieurs ateliers au IVème, avec plusieurs variantes de formes: Jaulges en Bourgogne, Portout en Savoie et les ateliers de l'Argonne, et peut-être d'autres encore. Elles sont cependant moins courantes que les types précédents. Elle est toujours de grand module, mais il existe des bols du même genre appartenant au même service. Le décor est ce que l'on nomme un "guillochage" réalisé à la lame vibrante. J'en présenterai un de ces jours les aspects techniques.

Image

Voilà. Pour les gobelets, ce sera dans un prochain post!

_________________
Illanua, potier-archéocéramiste

http://arscretariae-archeoceramique.blogspot.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 29 Oct 2008, 17:16 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 11:55
Messages: 4297
Localisation: Brest - pagus Legionensis - Civitas Ossismi - Letavia
Magnifique !

_________________
"O niurt Ambrois ri Frangc ocus Brethan Letha."
"Par la force d'Ambrosius roi des Francs et des Bretons d'Armorique."
Morcant map Conmail


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 30 Oct 2008, 14:29 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 21:13
Messages: 338
Localisation: Le Mans
Donc quand on m'a appris que l'assiette n'existait pas à l'époque, c'était encore bidon ....

_________________
White Horse avec son costume devient Maelcolm, né de père scot et de mère picte!

http://white-horse-540.oldiblog.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 30 Oct 2008, 15:06 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Sep 2008, 14:05
Messages: 210
Ben oui, Maelcolm...

Je n'a pas fait de recherche spécifique sur ce sujet, mais je peux t'assurer que dès le IVème siècle avant notre ère, en Italie, on en fabriquait déjà, puis dès les IIIème-IIème avant chez les Gaulois aussi. Durant presque tout l'empire, elle est courante, puis devient plus rare dès le mileiu du IVème après J._C. au Nord de la Loire et des Alpes, la cuisne méditerranéenne ayant passé de mode. On ne trouve pratiquement pas d'assiette mérovingiennes ou alamanes, par exemple, car les préparations culinaires qu'on consommait généralement nécessitaient plutôt des écuelles profondes ou des bols. Les mortiers ( bols à râper) suivent un destin parallèle. Le pot-au feu et le gruau d'orge avaient fini par vaincre le samsa ( pâte d'olive aux anchois...)

_________________
Illanua, potier-archéocéramiste

http://arscretariae-archeoceramique.blogspot.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 30 Oct 2008, 19:03 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 21:13
Messages: 338
Localisation: Le Mans
Une cuisine méditerranéenne qui passe de mode au profit d'une cuisine plus continentale?... je subodore qu'il n'y a pas qu'un effet de mode mais peut-être une simple influence du climat aussi... (comme l'impression que le début du V° siècle nottamment fut un peu frais...)

_________________
White Horse avec son costume devient Maelcolm, né de père scot et de mère picte!

http://white-horse-540.oldiblog.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 30 Oct 2008, 21:26 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Sep 2008, 14:05
Messages: 210
C'est assez probable. Dire que le climat s'est quelque peu dégradé au début du Vème semble un euphémisme. Préalablement, il convient de préciser que le climat jusqu'à la fin du IVème siècle de notre ère était nettement plus chaud qu'aujourd'hui,malgré les changements en cours. On sait notamment que de nombreux passages étaient ouverts dans les Alpes à des altitudes qui, aujourd'hui encore, sont parfois recouvertes de 100 m. de glacier dont la fonte rapide permet maintenant des découvertes spectaculaires. Oetzi n'est que le premier épisode de ce genre.

le temps est devenu brusquement beaucoup plus froid et humide dès les premières années du Vème, ce qui peut entre autre expliquer le gel quasi intégral du Rhin au 31 décembre 406, qui permettra à 100000 Vandales et 50000 Alains de passer le fleuve à pied sec et d'aller guerroyer dans les Gaules...

Ceci dit, ces Vandales passeront en Espagne dés la fin de l'année, et l'Espagne, c'est le plus gros producteur d'huile d'olive de l'Empire d'Occident... Et, plus d'huile, plus de cuisine méditerranéenne! ce fut entre auptres un des facteurs possibles de ce "changement de mode".

Mais, à mon sens, et que l'on me corrige si on le juge bon, si climat et insécurité ont joué un gros rôle, c'est avant tout le retour à une économie basée sur les échanges locaux, alliée aux habitudes culinaires franques et alamanes ( pour les Alains et les Wisigoths, je ne me prononce pas), qui sonneront le retour à des habitudes alimentaires très proches de ce que furent celles des Gaulois. La civilisation du beurre et de la bière contre celle de l'huile et du vin.

Mais n'oublions surtout pas que, dès le Vème, parallèlement à une population désormais fortement germanisée, coexistait une classe encore tout à fait romanisée, qui n'avait guère conscience des changements en cours. Chez les Apollinari, ou les Aviti, on cultivait toujours les lettres classiques et la rhétorique, on mangeait encore certainement sur le triclinium, avec des convives Francs tout aussi romanisée qu'eux, des plats dignes des recettes d'Apicius. Il est bon de se rappeler à ce propos que le sénat des Gaules, institution romaine par excellence, continuera à siéger jusqu'ui VIIème siècle. Clovis sera Magister Militum per Gallias, titre romain tout à fait prestigieux, et personne parmi cette classe sénatoriale n'aura vraiment conscience des changements opérés avec la déposition du dernier empereur d'occident. Pas plus d'ailleurs que parmi les classe populaires, pour qui l'appartenance à la Civitas avait depuis longtemps perdu tout sens. Sauf peut-être lors des levées fiscales...
C'était une époque où les frontières étaient plus sociales que géographiques, peut-être.

Cette histoire de modes culinaires est une parcelle d'un débat long et complexe sur l'évolution des sentiments d'appartenance et d'identité culturelles et politiques chez les Gallo-romains de l'antiquité tardive. Damianus avait en son temps fait un brillant résumé sur le statut du colon, qui peut considérablement aider à saisir ces structures sociales difficiles à saisir pour nos esprits modernes.

Tout ça pour une histoire d'assiettes. je me disperse, moi...

Mais l'affaire des changements climatiques est à retenir et éventuellement à voir de plus près. Cette évolution a certainement eu une influence importante sur l'évolution de l'habitat, de l'agriculture de, l'habillement, chez les civils comme les militaires, entre autres...

_________________
Illanua, potier-archéocéramiste

http://arscretariae-archeoceramique.blogspot.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 30 Oct 2008, 22:10 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Sep 2008, 14:05
Messages: 210
Quelques cruches....

Tout d'abord les originaux:
Image Image

A Gauche, la cruche à bec tréflé de la Dame de Fécamp, à droite une cruche du Musée Carnavalet, trouvée à Paris. Ces pièces sont issues d'ateliers de l'Argonne ou de leurs satellites. On a vu qu'il s'en est fabriqué à Meaux vers les années 350. On trouve ces récipients en deux variantes, soit comme celles-ci en pâte claire portant des rinceaux peints à l'engobe rouge. On trouve aussi leurs "négatifs" entièrement engobés, puis les rinceaux peints en blanc par dessus. Leurs formes sont parmi les plus classiques de l'Antiquité tardive. Ces exemplaires sont issus de deux ateliers différents, les pâtes ne sont pas semblables.

Et leurs répliques, issues de la dernière fournée:

Image

Et enfin, deux pièces entièrement engobées. Formes classiques aussi, mais leur traitement de surface et le flammage les place plutôt dans la catégorie "luisante tardive" des ateliers savoyards.

Image

On est enclin aujourd'hui à penser que les pièces en pâte claire étaient réservées pour l'eau, ainsi conservée au frais grâce à la porosité des parois. Pour le vin on utilisait plutôt des pièces entièrement engobées et donc étanches, et donc moins enclines à conserver les arômes.

En ce qui concerne les gobelets, voici une petite série très tardive de gobelets savoyards ( ce sont les pièces originales du Musée de Chanaz). Peut-être milieu, voire fin du Vème. Les revêtements, surtout pour les deux exemplaires de gauche sont mats, ce qui a tendance à corroborer cette datation. Ce sont pour l'époque des gobelets très bon marché qui ont été exportés loin à la ronde, puisqu'on en retrouve jusqu'en Languedoc. ce groupe d'ateliers a fonctionné probablement jusqu'au début du VIème siècle en perpétuant ces formes typiquement gallo-romaines

Image

Et ici un lot de luisantes reprenant entre autres les types ci-dessus. Seules les pièces du centre proviennent de la dernière fournée, le gobelet sombre de gauche et le bol à bandeau de droite étant issus de cuissons précédentes.

Image

Voilà, la suite au prochain épisode. Si mon four No 1 échappe à l'inondation, et c'est pas gagné...

_________________
Illanua, potier-archéocéramiste

http://arscretariae-archeoceramique.blogspot.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 30 Oct 2008, 23:38 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 19:30
Messages: 2747
Localisation: Laigneville
C'est vraiment superbe.

_________________
https://www.facebook.com/LesHerculiani

Damianus/Damien.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 31 Oct 2008, 08:05 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 03 Sep 2008, 16:20
Messages: 874
Localisation: Villa Pirorum, du côté de Diodurum
Oui, de bien belles réalisations. o' o'

_________________
Magister Dictator "Goths mit Huns"


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 31 Oct 2008, 16:54 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 12:16
Messages: 35
Les cruches sont superbes !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 01 Nov 2008, 03:20 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Sep 2008, 02:48
Messages: 46
o' Génial ,Belles céram !
Les pichets et la Luisante savoyarde sont vraiment réussi.En auras tu à Pontoise ?


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 01 Nov 2008, 21:15 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 14:27
Messages: 483
Localisation: Choloy-Menillot
Magnifique, toutes ses pièces sont plus belles les unes que les autres.

_________________
http://ordalies.asso.free.fr/ _ http://dartkaci.free.fr/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 03 Nov 2008, 10:15 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 04 Sep 2008, 18:59
Messages: 97
Un excellent travail, qui de plus est très bien sourcé...

_________________
ImageImage
http://ordalies.asso.free.fr/ _ http://dartkaci.free.fr/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 18 Nov 2008, 21:14 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Sep 2008, 01:16
Messages: 301
Localisation: Rom (79)
Effectivement, très bon travail ! "O"

J'aimerais cependant apporter une précision quant à la céramique à vocation "vinaire". En effet, de la même manière que les amphores, les quelques cruches et pots qui ont pu contenir du vin sont souvent identifiables non seulement à l'engobe qui peut être présent en surface (il faut d'ailleurs souvent faire la chasse aux fouilleurs qui ont la brosse à dent trop dure lors du nettoyage des tessons) mais surtout aux trace de poix aisément reconnaissable sur la face interne de la paroi.

D'autre part, il est possible de reconnaître des pots ou cruches qui ont servi pour l'eau, et notamment de bouilloire : on les identifie par un dépôt calcaire relativement conséquent, toujours sur la paroi interne (je suppose d'ailleurs que c'est en lien avec la qualité de l'eau utilisée). A ce sujet, il y a un très bon article dans un des colloques de la SFECAG (Batigne (C.), Desbat (A.), Un type particulier de "cruche": les bouilloires en céramique d'époque romaine (Ier-IIIème siècles), p. 381-394). Cet article traite du Haut-Empire, mais les caractéristiques sont très proches de celles du Bas-Empire.

_________________
Os Iusti Medidabitur Sapietiam, Et Lingua Eius Loquetur Indicium
http://www.taifali.org
Forum : http://forum.taifali.org


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Céramiques tardives à revêtement clair
Nouveau messagePublié: 18 Nov 2008, 23:46 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 08 Sep 2008, 14:05
Messages: 210
Oui, et cet article arrive à la conclusion que toutes les cruches à bec tréflé sont des bouilloires, parce que précisément ce sont celles qui portent le dépôt de tartre alors que celles à col circulaire n'en ont pratiquement jamais.
Cette caractéristique ne semble avoir de valeur que jusqu'au IIIème siècle. Plus tard on ne trouve plus cette systématique, ou alors on peine à la mettre en évidence.
Une autre chose m'intrigue en ce qui concerne les cruches. Hormis les types en sigillée, notamment des ateliers de l'Est (Rheinzabern) qui ne sont d'ailleurs pas très courants, les types comportant un revêtement argileux sont très rares aux IIème et IIIème siècles en Gaule, alors qu'ils deviennent nettement plus fréquents au IVème. En Suisse, ils apparaissent un peu plus tôt, fin IIème-IIIème, soiuvent avec des décors de chasse à la barbotine, mais cette fabrication disparaît vers 260-275, et après on ne trouve plus que des types importés de l'Argonne, ou en luisante. Et en plus, que ce soit au Haut ou bas-Empire, on ne trouve pas de cruches poissées à l'intérieur en Suisse romande, mais par contre beaucoup de récipients ouverts avec revêtement externe et poissage interne jusqu'au IIIème. J'ai le sentiment qu'il devait se trouver des spécialités culinaires propres à chaque région qui ont influé sur les types de céramiques produites ou importées.
Une étudiante de l'UNILausanne fait actuellement un travail de Master sur les restes alimentaires susceptibles d'être analysables dans les tessons. Cette étude ne portera que sur les pièces gauloises de Bibracte, mais je me réjouis de connaître le résultat, cela pourrait ouvrir des champs d'investigation des plus intéressants.

_________________
Illanua, potier-archéocéramiste

http://arscretariae-archeoceramique.blogspot.com/


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr
Thème 3myl_sable réalisé par SGo